SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 26 October 2021, Tuesday |

Un simple test sanguin peut déterminer si vous allez développer une démence.

Traduction de « Sawt Beirut International »
A A A
Imprimer

Les scientifiques disent qu’un test sanguin peut détecter la démence jusqu’à cinq ans avant l’apparition des signes d’alarme.

Dans ce contexte, le site britannique « Daily Mail » a publié un article traduit par le site « Voice of Beirut International » dans lequel il est dit.

Au moment où les patients souffrent d’amnésie et d’autres caractéristiques de la maladie, le cerveau a déjà subi de graves dommages.

Mais les scientifiques du Centre allemand pour les maladies neurodégénératives disent qu’ils ont maintenant identifié trois indicateurs vitaux qui peuvent servir de signe avant-coureur que quelqu’un est susceptible de souffrir de la maladie.

Cela peut aider les médecins à détecter la maladie tôt, ce qui peut ralentir l’assaut de la maladie et retarder ses symptômes.

Il y a environ 850 000 personnes atteintes de démence au Royaume-Uni, et 6,2 millions souffrent de la maladie aux États-Unis.

Les chercheurs ont mené des tests cognitifs auprès de 132 personnes âgées de 18 à 77 ans.

Ils ont également prélevé des échantillons de sang pour analyser les niveaux de microARN, de petites protéines impliquées dans la régulation cellulaire.

Les résultats ont montré que plus de 90% des patients atteints de démence au cours des deux années suivantes avaient des niveaux élevés de trois microARN – miR-181a-5p, MIR-148a-3p et MIR-146a-5p.

Ceux-ci sont impliqués dans la régulation de l’inflammation dans le cerveau et aident à contrôler la façon dont les cellules du cerveau communiquent entre elles.

Les scientifiques ont déclaré qu’ils travaillaient maintenant sur un test sanguin pour les détecter et qu’il pouvait fournir une alerte précoce aux patients atteints de démence.

Ils espèrent qu’il sera tarifé à un niveau similaire aux tests de flux latéral de Covid, ce qui le rendra accessible.

L’étude, publiée dans la revue EMBO Molecular Medicine, a également examiné si les niveaux de microARN chez la souris pouvaient être utilisés pour détecter la démence à un stade précoce.

Chez la souris, qui peut vivre jusqu’à trois ans, les signes précoces peuvent être surveillés à partir de l’âge de seulement 16 mois.

Pour l’étude, des tests ont été effectués sur des souris, y compris des tests de mémoire et des tests sanguins, pour déterminer la proportion de microARN tous les mois et demi.

Les résultats ont montré qu’il peut y avoir sept microARN apparaissant et augmentés chez les souris qui ont continué à développer une démence.

« Lorsque les symptômes de la démence apparaissent, le cerveau a déjà subi de graves dommages », a déclaré l’auteur principal, le professeur Andre Fischer.

« Nous avons besoin de tests qui répondent parfaitement avant l’apparition de la démence et évaluent de manière fiable le risque de développer la maladie plus tard. En d’autres termes, nous voulons des tests qui donnent une alerte précoce. »

« Nous sommes convaincus que les résultats de notre étude actuelle ouvrent la voie à de tels tests. »

« Nous voyons la présence accrue de ces trois microARN dans le taux sanguin comme un signe avant-coureur de démence.

« Nous estimons que ce bio-indicateur chez l’homme indique un développement compris entre deux et cinq ans dans le futur. »

Plusieurs tests sanguins pour la démence sont actuellement en cours de développement et visent à accélérer le diagnostic de la maladie.

Les scientifiques disent qu’un test pour la maladie d’Alzheimer peut détecter la maladie des décennies avant l’apparition des symptômes, en mesurant les niveaux de protéines qui s’accumulent anormalement dans le cerveau des patients.

Un autre test recherche deux protéines dans le sang comme indicateurs de la blessure d’une personne.

Le Dr James Connell, responsable de la recherche sur la maladie d’Alzheimer au Royaume-Uni, a déclaré: « Cette recherche en est encore à un stade très précoce et l’approche doit être testée beaucoup plus avant que nous puissions voir si elle a un réel potentiel pour aider à diagnostiquer ou à traiter les personnes atteintes de démence. »

« Le traitement et la prévention futurs de la démence seront probablement plus efficaces si nous pouvons identifier les personnes qui pourraient en bénéficier plus tôt, idéalement avant que des symptômes dévastateurs tels que la perte de mémoire ne commencent à affecter leur vie. »

« Des tests sanguins bon marché, directs et fiables sont un objectif clé pour les chercheurs qui travaillent à améliorer le diagnostic de démence. »

Le Dr Hilda Hayo, directrice générale de la Dementia Association UK, a déclaré: « Bien que cette étude en soit encore à un stade précoce, toute recherche qui aide à identifier les personnes à risque accru de démence est la bienvenue. »

« Il existe de nombreux facteurs qui affectent l’apparition de la démence, y compris l’âge, l’état de santé et le mode de vie, de sorte qu’un risque accru ne signifie pas qu’une personne développera définitivement une démence. »

« Cependant, l’alerte précoce d’un risque accru peut prévenir ou retarder l’apparition de la démence en permettant aux gens de chercher un traitement pour tout problème de santé, y compris l’hypertension artérielle ou le taux de cholestérol, ainsi que de les aider à ajuster leur mode de vie en faisant de l’exercice régulièrement et en mangeant sainement. »

La démence est actuellement diagnostiquée à l’aide de tests cognitifs et, dans certains cas, de scintigraphies cérébrales.