SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 25 September 2022, Sunday |

Le plan de retour des déplacés syriens est prêt et la ministre des déplacés accuse Mikati de l’entraver

La proportion de réfugiés syriens au Liban représente un quart de la population du pays de six millions d’habitants et elle est la plus élevée au monde. Un fardeau supporté par le Liban depuis le déclenchement de la guerre syrienne et ses conséquences se sont aggravés avec l’effondrement économique dont le pays a été témoin, et il est devenu nécessaire d’élaborer un plan pour les renvoyer dans leur pays après que 80% du territoire syrien soit devenu sûr. Ce plan a commencé à développer ses points, le ministre des Personnes déplacées, Issam Charaf al-Dine, qui s’est rendu en Syrie au cours des dernières semaines et est revenu avec une réponse positive et un plan intégré complet. Mais la question se pose, quelles sont les sécurités et les garanties sociales pour qu’un réfugié retourne dans son pays ?
Le plan de Charaf al-Dine a déclenché un conflit de pouvoirs sur la question des personnes déplacées entre le ministère des Personnes déplacées et le ministère des Affaires, pour intervenir Mikati pendant la session et saper les pouvoirs de Sharaf al-Din, qui à son tour a confirmé que sa visite en Syrie était avec l’approbation des présidents Michel Aoun et Mikati.
L’intégration des Syriens déplacés est un sujet soulevé par certains pays comme un test de pouls, mais son impact sur la société libanaise s’il est appliqué est catastrophique et laisse présager de graves tensions sécuritaires.
Par conséquent, Mikati ne semble pas le bienvenu au retour des réfugiés dans leur pays, mais les objectifs seront révélés dans les prochains jours.