SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 October 2022, Friday |

3 crimes en 3 jours… La violence contre les femmes s’étend!

Au cours des derniers jours, l’opinion libanaise a été ébranlée par une série de crimes et de violations horribles, qui visaient tous des femmes de différentes régions.

Dans les détails, trois crimes commis par des Libanais ont été révélés sur trois jours consécutifs :
_ La violence conjugale a atteint le seuil du meurtre dans la Bekaa occidentale.
_ Le viol collectif d’une fille ayant des besoins spéciaux dans le camp d’Ain El-Hilweh à Sidon par des éléments de sécurité protégés.
_ Et le suicide d’une fille mineure après avoir été forcée d’épouser quelqu’un qu’elle ne voulait pas dans le district de Daniyeh au nord du Liban.

Des incidents qui se sont déroulés devant les Libanais et leurs autorités sans aucune dissuasion ni responsabilité, et en l’absence de cadres juridiques et de volonté politique d’y remédier, ce qui confirme que le nombre de violences faites aux femmes ne cesse d’augmenter.

Les rapports publiés par les Forces de sécurité intérieure ont indiqué que le nombre de signalements de violence domestique a augmenté de 100%, après avoir atteint 1184 appels pendant la quarantaine en 2020.

De son côté, l’association « Kafa » rapporte que huit cas de meurtres de femmes ont été recensés du 22 mars au 15 juin 2022, en plus d’un cas de suicide dont le dossier est toujours en cours d’instruction pour savoir si ce cas était réellement la conséquence d’un suicide. ou la violence, en plus du meurtre d’une femme qui a survécu.

Bien qu’il n’y ait pas de chiffres officiels sur les cas de violence au niveau national, selon les données disponibles, depuis 2019 jusqu’à aujourd’hui, le nombre de femmes maltraitées a triplé par rapport aux périodes précédentes. En 2021, 1 396 femmes se sont tournées vers l’association « Kafa » pour demander un accompagnement en plus du suivi des cas antérieurs.

Ici, les observateurs confirment que la principale solution pour lutter contre la violence à l’égard des femmes réside dans l’adoption d’une loi unifiée sur le statut personnel, une loi qui égalise les femmes et les hommes en termes de droits et de devoirs et facilite les procès pour les femmes.