SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 September 2022, Thursday |

Aoun se rendra au Vatican avec des préoccupations publiques et privées

La visite du président de la République au Vatican le 21 de ce mois est une visite surprise d’autant plus qu’il n’y a pas plus de deux mois qui se sont écoulés depuis la visite du secrétaire d’État du Vatican aux relations avec les États, Richard Gallagher, à Beyrouth et sa rencontre avec le président Aoun.

La visite, selon les informations, a été demandée par Aoun de Gallagher, et il se concentrera sur les préoccupations des chrétiens. Sous ce titre vague, le président de la République fera craindre une vacance présidentielle à l’échéance d’octobre prochain, et il tentera d’obtenir la bénédiction papale pour la prolongation afin d’éviter une vacance au premier poste chrétien au Liban et il peut soulever la question des élections législatives et son insistance à les organiser, sauf si des obstacles nécessitent leur report pendant un certain temps.

Des sources diplomatiques révèlent que dans le cadre des inquiétudes des chrétiens, le président Aoun soulèvera la question des sanctions américaines et des mesures françaises, qui touchent particulièrement les personnalités chrétiennes, au premier rang desquelles bien sûr le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil. Et elles n’excluent pas que Bassil accompagne le président de la République lors de cette visite.

Aoun demandera l’aide du Vatican pour convaincre la France de la question de l’extension, sachant que la position de la France, comme le Vatican, est stricte quant à la nécessité que les droits à venir aient lieu à leurs dates stipulées dans la constitution, et compte également sur l’intervention du pape pour résoudre la question des sanctions contre Bassil, sur la base de la relation étroite qui lie Sa Sainteté le Pape avec le président américain.

Des sources diplomatiques s’attendent à ce que les cercles du Vatican discutent avec le président de la République de la question de la neutralité, que le patriarche maronite appelle comme une solution de base pour le Liban.

Après le Vatican, Aoun doit se rendre en Italie le 22 de ce mois, et c’est sa première visite à Rome depuis qu’il assume la présidence de la république.