SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 9 February 2023, Thursday |

Assem Araji: La nécessité d’obtenir de l’argent pour les médicaments et de mettre fin à la contrebande

Le président de la commission parlementaire de la santé, le Dr Assem Araji, est actif sur la ligne de médiation entre la Banque du Liban et les sociétés d’importation de médicaments et de fournitures médicales pour libérer leurs stocks de médicaments après que la sécurité de santé du citoyen est en danger,et selon qu’ila a dit à la journaliste de «Sawt Beirut International » Mahassen Mursal,

« Nous sommes entrés il y a environ trois semaines sur la ligne de médiation entre la Banque du Liban et les importateurs de médicaments », a-t-il déclaré, ajoutant qu’«en 2020, les importateurs ont pris environ 1 173 millions de dollars de la Banque du Liban comme soutien aux médicaments, le 20 mai, je suis allé au ministre de la Santé de la Banque du Liban, où il est apparu que dans les quatre mois et demi de cette année, les importateurs ont demandé environ 1 300 milliards de dollars, et ils nient cela, disant qu’une partie du montant remonte à l’année dernière, mais le gouverneur de la Banque du Liban confirme que le montant comprend les choses extraites. « Un accord a été conclu avec la Banque du Liban pour former un comité de la Banque du Liban et du ministère de la Santé comme référence pour le suivi de la question. »

« La Banque du Liban a commencé à dépenser de l’argent de la réserve obligatoire et le plus grand guide d’avance qu’elle a donné à l’électricité est de 200 millions de dollars, et il a demandé de fixer des priorités pour le médicament, et hier il a dépensé des fournitures médicales, et avant cela pour la dialyse », a-t-il déclaré. 485 millions de dollars reconnus par la Banque du Liban pour les sociétés pharmaceutiques importées jusqu’au 20 mai, et nous avons dit que nous les trouverons, pour choisir les priorités par rapport aux 212 millions de dollars, qui sont estimés à 120 millions de dollars à condition qu’on nous promettre « On nous a promis que le médicament serait mis sur le marché et jusqu’à présent, cela ne s’est pas produit. »

« J’ai demandé au ministre de la Santé de faire un inventaire des médicaments dans les entrepôts pour la présentation sur le marché, et le ministre a été lent à prendre la décision », a-t-il déclaré, soulignant la nécessité de mettre fin à la contrebande, notant que les entreprises avaient pris la décision de lever les subventions sur le lait sans faire référence au ministère de l’Économie.

Araji a déclaré que le retard dans la résolution de la question nuirait davantage à la santé du citoyen libanais.