SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 July 2022, Thursday |

Au Pays des Merveilles…Deux personnes recherchées par la justice ont été chargées de la surveiller !

La deuxième échéance s’est terminée avec le nouveau parlement dédié à l’élection des membres des commissions parlementaires de base qui serviraient de cuisine à la législation et aux lois susceptibles de sauver le pays de ses crises successives.

L’échéance a traversé une certaine confusion et tension, mais le grand choc s’est manifesté au niveau de la commission de l’administration et de la justice, qui est l’une des commissions les plus importantes à l’étape actuelle et qui a un rôle dans des dossiers clés et sensibles, avant tout dont l’indépendance du pouvoir judiciaire et l’enquête sur le crime de l’attentat du 4 août qui a secoué le Liban et le monde.

Sans parler de l’incapacité d’aucun des changeurs à le briser, le comité comprenait parmi ses membres, les députés Ghazi Zuaiter et Ali Hassan Khalil, les accusés dans l’affaire de l’attentat du port de Beyrouth, et aujourd’hui la justice leur est confiée dans le pays ! De quelle justice parle-t-on ?!

La présence d’Ali Hassan Khalil et de Ghazi Zuaiter au sein de la Commission Administration et Justice a provoqué certaines familles des victimes de l’attentat, qui ont eu peur de nouveaux retards et atermoiements dans le dossier d’enquête déjà vacillant, qualifiant ce qui s’est passé de farce !

Pour nous tous au Liban, le pays des merveilles, ce qui est interdit est permis et tout est permis…Il est peut-être ironique que le pouvoir judiciaire tombe entre les mains de ceux qui ont contribué à l’élimination de la patrie et du citoyen et ont renversé le concept de justice et de droit!