SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 1 February 2023, Wednesday |

Bahaa Hariri: Le Hezbollah est la cause de la corruption

Lors d’une rencontre avec le rédacteur en chef du journal bahreïni Al-Bilad, Moanes Al-Mardi, Bahaa Hariri a confirmé que le mouvement « Sawa Li Lubnan » était né après le bombardement du port de Beyrouth, et nous ne pouvons pas voir une telle catastrophe et rester les bras croisés. Et la preuve en est que nous avons élaboré un plan complet, comprenant « Sawt Beirut International », « Sawa Li Lubnan » et « Noah Charity Foundation ».

En réponse à une question sur sa réticence à diriger le mouvement Sawa, Hariri a déclaré que:« La carte politique libanaise est en faillite, et il y a quelqu’un qui est assis à sa place depuis 43 ans. La démocratie permet-elle à un parti ou un mouvement d’avoir un président pendant des décennies ».

Il a ajouté:« Nous devons changer cette question, et le choix doit être fait pour ceux qui veulent le changement, et par conséquent, nous avons établi un mouvement de changement, contre les nouvelles générations, et nous avons des jeunes dans « Sawa Lubnan » comme administrateurs (10 membres), leur âges est d’environ 40 ans. Nous voulons leur donner une chance, ainsi qu’aux générations qui veulent le changement ».

Concernant les les principaux problèmes du Liban aujourd’hui, Bahaa Hariri a considéré que:« Il y a le système de Hezbollah qui a donné l’opportunité à la corruption de se répandre dans le pays, et ce système a utilisé la couverture du Hezbollah, et c’est la raison principale ».

Puis, « Nous avions un système bancaire idéal dans le monde arabe, et aujourd’hui il est dans une situation catastrophique, quand le chef du Conseil de Sécurité a visité Beyrouth une fois, révélant que le système bancaire libanais est volé et pillé, et la base de cela est la corruption ».

Il a ajouté:« Il doit y avoir un plan intégré pour la question bancaire, touristique et éducative, et le Liban a d’énormes potentiels pour l’économie, et il peut s’élever en restaurant la confiance de nos frères arabes et des pays du Golfe ».

Sur le projet de Sawa Li Lubnan, Bahaa Hariri a confirmé que:« Nous sommes, comme nous l’avons dit, un mouvement qui a un plan en six points, dont le premier est de lutter contre la corruption, et une autre question constitutionnelle concerne la mise en œuvre complète de l’accord de Taëf, qui est essentiel, car il fera passer le Liban à une nouvelle étape, en séparant la religion de l’autorité législative et exécutive et en établissant un conseil administratif central ».

Puis,« La troisième question est celle de l’indépendance du pouvoir judiciaire, qui existe, mais qui a laissé les lois anti-corruption dans des endroits inutilisés, et nous avons donc besoin d’une certaine autorité qui puisse dire qu’il faut mettre fin à cette corruption ».

Ensuite, il a ajouté:« En ce qui concerne la quatrième question, nous avons élaboré un plan économique intégré pour toutes les branches libanaises, et il est clair sur le site web de « Sawa Li Lubnan ». La cinquième question est le renforcement de l’appareil sécuritaire (l’armée et la sécurité intérieure), et la sixième question, qui est un plan hospitalier intégré. Il n’est pas raisonnable que les Libanais ne puissent pas payer les frais de traitement, et que des enfants meurent dans les hôpitaux. Et « Sawa Li Lubnan » est un plan intégré, et nous soutiendrons la force de changement ».

Concernant le choix du mouvement de soutenir de soutenir d’autres forces et de ne pas entrer dans la bataille électorale de manière autonome, Hariri a dit:« Parce que, comme notre père nous l’a appris, nous ne croyons pas à la suppression des autres. Nous soutiendrons dans les régions les forces du changement qui veulent l’intérêt du pays, car elles ont beaucoup souffert dans les périodes passées, mais il est connu dans son histoire qu’elles veulent l’intérêt du Liban ».

Puis, « Ce sont des forces de changement fondamental qui sont présentes et influentes dans leurs régions et fortement, et nous les soutiendrons et nous serons avec eux, avec de l’argent, les médias et tous les moyens jusqu’à ce qu’ils arrivent, et pourquoi devrions-nous avoir peur ? Avec ces forces, nous partageons les mêmes valeurs, la même pensée et la même approche, et ils croient en la voie de Rafic Hariri, et nous souhaitons que cette voie revienne ».

En réponse à une question sur les possibilités de mise en œuvre du plan que Sawa a fixé pour le Liban, Hariri a répondu:« Ce que nous avons fait en un an, personne ne l’a fait, et c’est énorme, et nous devons nous demander où nous serons dans un an ou deux ».

Enfin, Hariri a conclu:«En effet, ce que nous avons fait est une grande réussite. Nous ne sommes pas ici pour voler, piller ou nous moquer du monde. Nous sommes ici engagés à répéter la démarche de Rafik Hariri ».