SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 November 2022, Wednesday |

Berri sera élu avec le plus petit nombre de voix dans son histoire parlementaire

Le président du Parlement, Nabih Berri, a fixé à mardi prochain la date de la session destinée à élire le président, son adjoint et le conseil d’administration. Une session à laquelle la place Nejmeh n’a pas assisté depuis que Berri a pris la présidence du Conseil en 1992, après que les résultats des élections soient allés à l’encontre de ce que Berri souhaitait.

Quant aux blocs parlementaires qui s’abstiendront de voter pour Berri, ils se répartissent comme suit :

– Le bloc de la république forte compte 19 députés, en plus du général Ashraf Rifi.
– Le Courant patriotique libre compte 18 députés.
– 13 députés provenant du « soulèvement du 17 octobre ».
– Les Kataëb libanais ont 4 députés.
– Quant aux représentants indépendants, c’est-à-dire Michel Mouawad, Adib Abdel-Massih, et Michel Daher, Fouad Makhzoumi, Oussama Saad, Abd al-Rahman al-Bizri, Charbel Massad, et Farid al-Khazen, ils ne voteront également pas pour Berri. Le total sera donc 63 députés.

Quant aux blocs qui rééliront Berri pour un sixième mandat, ils comprennent :

– Le Bloc du « développement et de la libération », 15 députés.
– Le Bloc « Loyauté à la Résistance », 15 députés.
– Tashnaq, 3 députés.
-Le Bloc « Développement du Akkar », 4 députés.
– Rassemblement démocratique, 8 députés.
– En plus de Michel Al-Murr, Tony Frangieh et Hassan Mourad. soit un total de 48 députés.

Cela signifie que si l’on compare le nombre de voix obtenues par Berri en 2018, qui s’élevait à 98, il sera clair que le président du Conseil a perdu plus de la moitié des voix en 2022.

Quant au poste de vice-président du Parlement, pour lequel les députés orthodoxes sont en compétition, il n’a pas encore été décidé. La semaine prochaine, le Liban assistera donc à une session à laquelle il n’a jamais assisté dans sa nouvelle histoire politique, dans l’espoir que les exigences constitutionnelles ultérieures seront accomplies par la formation du gouvernement et l’élection d’un président de la République aux dates prévues.