SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 June 2022, Wednesday |

Berri sera le président…Mais son adjoint n’a pas encore été choisi

Il est maintenant décidé que le président Nabih Berri remportera un septième mandat à la présidence de la Chambre des représentants, avec une différence représentée par le nombre de papiers blancs qu’il recevra cette fois-ci, car il est prévu que le nombre de papiers blancs dépasse celui qu’il a obtenu en 2018, où il a atteint 30. Quant à ce qui n’est pas encore réglé, il s’agit du vice-président du conseil, d’autant plus que l’identité du gagnant pour ce poste sera un indicateur du nouvel équilibre au sein du conseil entre les forces du changement souverain d’une part et les forces de l’autorité politique alliées au Hezbollah d’autre part, en plus de l’établissement d’une nouvelle réalité représentée par un front uni du changement souverain qui établira des consultations parlementaires obligatoires pour désigner et ensuite former, et donc il y a une opportunité pour la nouvelle majorité de garder l’initiative de nommer le premier ministre et d’imposer la demande du nouveau gouvernement majoritaire, s’il se montre uni.

Selon les informations, les députés du changement ont décidé de voter avec un papier blanc, ainsi que les Forces libanaises, le parti des Kataëb et quelques représentants indépendants. En retour, Berri recevra les voix de son bloc, du bloc du Hezbollah, et les voix d’un certain nombre de députés sunnites alliés au Hezbollah, dont Jihad Al-Samad, Hassan Murad, les députés d’Al-Ahbash, le député alaouite, et des députés indépendants comme Michel Al-Murr et Jean Taluzian.

La question persiste quant au vote du bloc du Liban fort, car des informations révèlent la tendance d’un certain nombre de députés affiliés à ce bloc, mais pas au bloc du Courant patriotique libre, à voter pour Berri, et leur nombre pourrait atteindre cinq. Il s’agit des députés de Tashnaq, du député Farid Al-Bustani, ainsi que du député Elias Bou Saab, après sa nomination au poste de vice-président.

D’autre part, il est rapporté que le Bloc de Développement et de Libération échangera avec le Bloc du Liban Fort en accordant à Bou Saab un certain nombre de ses voix, alors que le maintien du député Attieh dans la course pourrait poser un problème à Bou Saab, sachant que le bloc du Akkar a annoncé depuis Ain al-Tineh son insistance sur la nomination d’Attieh, mais le député Walid al-Baarini a suggéré que le bloc pourrait finalement s’en tenir à une seule décision avec le Président Berri.

En revanche, le scénario est encore ambigu dans les rangs des forces du changement. Après la nomination du député Ghassan Skaf, le nom du député Melhem Khalaf est revenu en circulation, et il a appris que les représentants du changement se réuniront dans la soirée pour prendre la décision finale.

Il convient de souligner que le vice-président, tout comme le président, a besoin, lors des première et deuxième sessions, de la majorité absolue du nombre des électeurs, et lors de la troisième session, si cela se produit, la majorité relative est adoptée. L’obtention du quorum, c’est-à-dire 65 députés, reste une condition préalable dans les trois sessions.