SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 23 October 2021, Saturday |

Ce n’est plus un repas pour tout le monde!.. Que reste-t-il aux pauvres dans ce pays?

Avant la crise, le vendeur de galettes(kaak) menait une vie très modeste, mais aujourd’hui, alors que les difficultés de la vie s’intensifiaient,l’anneau au fromage était presque abandonnée par ses amoureux.

Un vendeur de kaak a déclaré au journaliste de Sawt Beirut International, Gassan Farran, que » Dans le passé, je vendais le Kaak pour 1 000 lires, mais maintenant c’est de 4 000 lires « ,il a ajouté « je n’ai pas vendu 30 000 lires depuis le matin, ce qui signifie que je vais gagner 5 000 lires  »

« Aujourd’hui, le prix du fromage est 70 000 lires, je vends le Kaak pour 5 000 lires, ce qui est une grosse somme pour les pauvres, donc il y a ceux qui commandent maintenant un demi-Kaak », a déclaré un autre vendeur.

Si le Kaak n’est plus un repas pour tout le monde,alors que faient les pauvres de ce pays?