SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 October 2022, Wednesday |

C’est ainsi que la Banque centrale de Syrie a retiré des dollars du Liban

La Banque centrale de Syrie cherche à blâmer l’effondrement de la livre syrienne de différentes manières, la politique monétaire au Liban ou en Syrie chaque course pour gagner la coupe des politiques monétaires les plus ratées poursuivies à travers l’histoire, mais les variables sont différentes, après qu’il a été interdit d’échanger des devises sauf en lire syrienne sur les marchés, aujourd’hui la banque centrale offre offre et tombe tabous, et permet l’introduction de dollars montants jusqu’à 500 mille dollars, à pomper sur le marché pour restaurer la récupération de la livre syrienne, et bien sûr le marché libanais est le front et l’exportateur Les principaux détails de tout cela sont partagés par Sawt Beirut International, qui est partagé par le journaliste économique Khaled Abu Shakra.

Abu Shakra a déclaré au journaliste mahasin Mursal de Sawt Beirut International que « Les mesures récentes de la banque centrale pour permettre l’introduction de 500 000 dollars en espèces en Syrie, permettant aux commerçants syriens d’acquérir des devises étrangères sans commercer, permettant aux étrangers de payer en dollars pour les commerçants, et des mesures pour réduire à nouveau la valeur d’échange à 2500 livres syriennes, ce qui est devenu parallèle au prix du marché, livraison de fonds en dollars au prix de 2500 livres syriennes avec chaque Syrien échappant à la conscription forcée de payer 3000 doer pour régler Tous ces facteurs constitueront une demande pour le dollar au Liban dans une large mesure, en particulier pour les Syriens fuyant le recrutement pour régler leur situation, deuxièmement les envois de fonds augmenteront. « En raison de cette différence de décharge, ce processus va aujourd’hui se rétablir à mesure que le prix du marché parallèle se rapproche du prix officiel de l’État syrien. »

« Au Liban, plus d’un million de Syriens travaillant entre hommes, femmes et même enfants, une grande partie de leurs économies sera transférée en Syrie soit pour reconstruire leurs maisons, soit pour transférer leurs familles, soit pour ouvrir des intérêts pour eux, ce qui augmentera la demande de dollars au Liban par un large éventail de travailleurs là-bas », a-t-il déclaré.

Une mesure vouée à l’échec, affaiblissant à la fois la lire syrienne et libanaise, tant que le conflit se limite à des dollars et non à la création d’une critique nationale forte et solide grâce à une économie productive et compétitive.