SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 17 September 2021, Friday |

Comment les Libanais des différentes sectes pratiquent-ils leurs rituels religieux dans les pays de la diaspora?

Les prières et les rituels religieux ont toujours fait partie de la vie et des journaux intimes des Libanais.

Le Liban a constamment besoin d’un miracle qui sauve son peuple de crises successives, et d’une classe politique qui s’apparente davantage à un gang.

Ici dans le Montréal canadien, les Libanais, avec les communautés arabes, préservent leurs traditions religieuses, en commençant par des prières, en terminant par des cérémonies religieuses, comme s’ils étaient dans les bras de la patrie :

Cheikh Saeed Fawaz, imam de la mosquée islamique de la Oummah, à Montréal, déclare : « Il est certain qu’une personne engagée n’est pas loin de son pays et de sa religion, lorsqu’elle pratique sa religion dans un pays d’expatriation, comme si elle restait connectée. à son origine.  »

Non loin de Montréal, ici dans la ville de Laval se trouve une église Saint-Élie le prophète, les chrétiens célèbrent les messes dominicales et les fêtes religieuses :

Le Père Bernard Basset, serviteur de la paroisse Saint Elias Laval, confirme que la communauté est très intéressée par la prière.

Toutes les prières qu’ils peuvent accomplir au Liban, comme nous avons ici dans notre église les prières de louanges et les messes de la Semaine Sainte.

Tout cela signifie pour eux et leur rappelle la patrie, l’église du village.

Les villes canadiennes abritent de nombreux monuments religieux, tels que des mosquées, des églises, etc.

Les Libanais, bien sûr, en ont une large part, car les Libanais de toutes les sectes pratiquent leurs rituels religieux comme s’ils étaient au cœur de leur mère patrie.