SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 December 2022, Sunday |

Comment les votes des expatriés peuvent-ils être manipulés?

A l’approche des élections législatives, à commencer par les pays expatriés, dans lesquels le nombre d’électeurs inscrits pour cette session a atteint 220 000, contre 43 000 qui ont voté en 2018, certaines forces politiques s’inquiètent de plus en plus de la possibilité de falsification des votes dans les fonds expatriés.

La dernière personne qui s’est exprimée sur ce sujet est le chef du parti Kataeb, Sami Gemayel, qui a fait part au Coordonnateur spécial des Nations unies de sa crainte de la période d’une semaine entre le vote extérieur du 8 mai et le vote intérieur du 15. Les cartons sont scellés jusqu’à la date du tri et que le contenu ne sera pas modifié.

L’inquiétude du Kataeb, et avant lui du Parti des Forces libanaises, est basée sur des faits qui ont eu lieu lors des élections de 2018, alors comme on dit, le nombre d’électeurs à l’étranger a été trafiqué pour le deuxième Beyrouth. Par exemple, des cartons du Canada sont arrivés avec zéro votant, et des cartons à Sydney, il a été constaté que leurs résultats étaient falsifiés lors de leur tri à Beyrouth, ainsi que des cartons d’Amérique. Est-il possible de manipuler la voix des expatriés et comment?

On sait que la loi électorale ne prévoyait pas le dépouillement des votes à l’étranger, et le dépouillement doit être modifié.

Ainsi, à la fin de la journée électorale, seul le processus de calcul du nombre d’électeurs est effectué et est enregistré sur un papier et placé à l’intérieur de la boîte, qui est fermée et reste sous la garde de la mission libanaise à l’étranger jusqu’à ce qu’elle soit transférée à Beyrouth dans l’avion, par DHL à la Banque centrale, où il est retenu jusqu’au 15 mai.

Le danger de falsification des votes se produit à l’ambassade avant qu’elle ne soit transférée à Beyrouth, de sorte que la boîte peut être remplacée par une autre qui lui ressemble et porte le même numéro et les mêmes votes des électeurs, mais pour d’autres partis. Et la possibilité de falsification des votes cette fois-ci sera davantage due au nombre élevé de ceux qui voteront à l’étranger.

Les Forces libanaises ont déjà recommandé à l’Union européenne qu’il y ait un observateur indépendant qui reste auprès du fonds depuis sa fermeture jusqu’à son arrivée à Beyrouth.Le parti Kataeb a également exigé que les sociétés internationales d’audit remettent les urnes à leur arrivée au Liban.

La mission de l’Union européenne, qui observe les élections législatives libanaises pour la quatrième fois, a déjà formulé des recommandations appelant au dépouillement des votes à l’étranger avant de les envoyer au Liban, après avoir constaté une mauvaise gestion dans la livraison des bulletins de vote au Liban.

On sait que la mission est arrivée à Beyrouth et elle est composée de 200 observateurs qui vont entreprendre cette tâche avec professionnalisme, transparence et impartialité, comme l’a annoncé le chef de la mission de Baabda.

Il a également annoncé que les membres de la mission surveilleront les élections dans un certain nombre de pays de l’Union européenne, mais qu’en est-il du reste des pays?