SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 October 2022, Wednesday |

Dans le budget 2022 de l’État, le ministre des Finances a le pouvoir de contrôler le taux de change et les prix

Lundi, le budget 2022 de l’État sera discuté et approuvé devant le Conseil des ministres à Baabda.

En tournant les 1282 pages du budget, vous souhaitez que le Cabinet reste détourné par le duo chiite.

Dans la forme, il n’y a pas de nouvelles taxes, mais plutôt une augmentation terrifiante des taxes existantes sur les citoyens qui augmentera considérablement les prix des biens.

L’article 78 impose une redevance forfaitaire de 3% sur toutes les marchandises importées soumises à la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), à l’exception de l’essence et des équipements industriels, tandis que l’article 81 impose un droit de douane de 10% sur les marchandises importées qui sont similaires aux marchandises fabriquées au Liban, ce qui signifie que la majorité des importations de produits alimentaires seront soumises au nouveau droit de douane et à la redevance forfaitaire.

Le budget a adopté un taux de change compris entre 15000 et 20000 livres libanaises par dollar, accompagné d’une augmentation significative des prix des factures de services publics telles que le téléphone, l’électricité, l’eau, les assurances, la mécanique et les douanes.

En bref, préparez-vous car les prix vous surprendront après l’approbation du budget et augmenteront au moins entre 20 et 30%, sachant que la plupart des biens et marchandises au Liban sont importés.

La question la plus dangereuse dans le budget est le pouvoir exceptionnel que le ministre des Finances s’est donné, qui confisque le pouvoir législatif de la Chambre des représentants.

C’est l’embuscade contenue dans l’article 133 qui permet au gouvernement et au ministre des Finances Youssef Khalil de fixer le taux de change des devises étrangères par rapport à la lire dans le but d’imposer et de collecter des taxes et des frais, ce qui signifie que le gouvernement peut déterminer ultérieurement le taux de change du dollar pour collecter les impôts, y compris le dollar douanier et la TVA.

L’article 109 accorde également au ministre des Finances le droit de modifier les taux et les déductions liées aux taxes et aux frais, et d’ouvrir la voie à la perception de certains d’entre eux en dollars.

Quant à l’article 132, il accorde au ministre le droit d’imposer des bases pour traiter les nouveaux dépôts en dollars dans le secteur bancaire et comment les rembourser.

C’est le budget des hérésies qui aggravera l’effondrement économique et consacrera son pouvoir discrétionnaire, comme le ministre des Finances le juge approprié.

Les ministres, lors des séances gouvernementales de cette semaine, signeront-ils l’avant-projet de budget?