SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 October 2022, Wednesday |

Dans l’introduction du bulletin d’information… Le Hezbollah continue son coup d’Etat!

Le Hezbollah poursuit son approche destructrice par un coup d’État global contre ce qui reste de l’État libanais. Le coup a actuellement deux titres: le budget général et la conférence de l’opposition bahreïnie.

Deux jours exactement après l’annonce par le gouvernement Mikati de l’approbation du budget, le Hezbollah, par l’intermédiaire de son secrétaire général adjoint et en plus d’un certain nombre de ses ministres, a décidé de surprendre les Libanais en disant que le budget n’avait pas été approuvé par le Conseil de Ministres!

Naim Qassem, a confirmé que la méthode d’approbation du budget en Conseil des ministres s’est déroulée illégalement et en violation de la constitution, et a été soutenue par le ministre de la Culture, Muhammad Murtada, et le ministre des Travaux publics Ali Hamieh.

Si c’était vrai, pourquoi les deux ministres ont-ils attendu plus de 48 heures pour annoncer leur objection? Pourquoi n’ont-ils pas annoncé leur position claire et explicite immédiatement après la séance et avant de quitter le Palais républicain? Donc c’est tout un spectacle, et du genre moche même.

La vraie histoire est que le Hezbollah s’est rendu compte de l’ampleur du rejet populaire du budget, alors il s’est retourné contre lui au dernier moment, tout comme il s’est retourné contre l’ensemble du gouvernement! Ce qui n’est pas surprenant, car toute sa performance est une performance révolutionnaire par excellence.

Un deuxième coup d’État mené par le Hezbollah, qui s’est manifesté par son insistance à tenir deux conférences pour l’opposition bahreïnite au cœur de la banlieue sud de Beyrouth. En d’autres termes, le Hezbollah ne se soucie pas de tout ce que les hauts responsables de l’État libanais disent sur la nécessité de renforcer les relations du Liban avec les pays arabes en général et les États du Golfe en particulier.

Sa première et dernière préoccupation est de servir la politique iranienne et la République islamique d’Iran, même aux dépens du Liban et du peuple libanais, de la stabilité du Liban et de l’avenir du Liban.

Comment Mikati et son gouvernement feront-ils face au coup d’État du Hezbollah contre le gouvernement et l’État? Est-il permis qu’il y ait un parti qui contrôle le Liban alors qu’un autre pays le contrôle de loin? Bref, le Hezbollah, par son coup d’État, a mis le Liban sous occupation iranienne… Alors quand viendra le salut?