SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 December 2022, Wednesday |

De nombreuses nourritures seront absentes des tables des Libanais durant Ramadan

Cette année, de nombreuses nourritures seront absentes des tables des Libanais durant le mois sacré du Ramadan. La crise économique étouffante et la hausse du taux de change du dollar par rapport à la livre libanaise, ainsi que la cupidité des bandes de marchands et leur recherche de profits imaginaires, influent sur le mois sacré, où le chef de famille hésitera entre les prix élevés et la préparation du repas. Il est inhabituel que la femme libanaise ne puisse pas, cette année, préparer chaque jour le plat de fattoush, qui coûte maintenany environ 200 000 livres libanaises.

Quant à la viande dont chaque plat principal a besoin, elle a été absente de nombreux foyers pendant des mois, et elle a atteint les rangs des produits de luxe après que le prix d’un kilo de celle-ci a dépassé 200 000 livres libanaises.

Si les prix des légumes et des denrées alimentaires ont augmenté de manière significative, ceux des pâtisseries du Ramadan sont devenus très élevés.

Face à cette réalité, les Libanais se trouvent confondus entre les coutumes et traditions qui décorent les tables du mois béni de Ramadan, et une crise étouffante qui les a privés de profiter du mois sacré. Les prix cette année sont très élevés et les responsables ne se soucient pas de ce que les citoyens peuvent faire pendant ce mois sacré.