SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 1 December 2022, Thursday |

Des chiffres choquants sur le nombre de cancers au Liban… Quels sont les types les plus courants ? Et quelles sont les prévisions ?

Le Liban a enregistré, selon un rapport publié par le Centre international de recherche sur le cancer de l’Organisation mondiale de la santé, en mars 2021, 28 764 mille cas de cancer au cours des cinq dernières années, dont 11 600 cas en 2020.

En 2018, le Centre international de recherche sur le cancer de l’Organisation mondiale de la santé a indiqué que le Liban était classé premier parmi les pays d’Asie occidentale, en termes de nombre de cas par rapport à la population, et qu’il y a 242 personnes atteintes de cancer, sur 100 000 Libanais.

En 2003, l’activité du registre nationale du cancer a débuté au Liban, et les taux ont été enregistrés à 160 cas chez les hommes et 150 chez les femmes sur 100 000 personnes. Les principaux résultats ont montré que le cancer du sein est le premier cancer qui touche les femmes, tandis que chez les hommes, les cancers de la vessie, de la prostate et du poumon sont au premier plan.

Pour vérifier davantage les tendances de l’incidence du cancer au Liban, une étude médicale a utilisé les données du Registre nationale du cancer entre 2003-2008, et s’est basée sur la projection des taux de cancer pour la prochaine décennie. Les informations ont été appliquées dans la période réelle selon l’étude, l’âge et le sexe pour chaque année, et selon les taux d’infection par rapport à la population mondiale. Et en utilisant le mode de vie de la période actuelle.

Le résultat a été le suivant :
Selon les estimations de cette étude, il est prévu que le nombre de cas de cancer atteigne 370 et 320 pour 100 000 personnes chez les hommes et les femmes, respectivement, d’ici 2022. On s’attend à ce que ce nombre augmente aussi bien chez les hommes que chez les femmes, sachant qu’en 2025, la proportion du groupe des personnes âgées de plus de 60 ans est d’environ 10% de la population totale.

Ainsi, à la lumière de la dégradation du secteur médical et de l’interruption de nombreux médicaments et traitements, les Libanais sont confrontés au cancer du corps et au cancer des politiciens.