SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 6 October 2022, Thursday |

Des chiffres et des données choquants sur la participation des femmes à la vie politique

La question de la participation des femmes à la politique au Liban arrive à un moment particulier, car les faibles taux de participation des femmes à la politique ne sont pas seulement dus à leur sous-représentation aux postes politiques officiels, mais reflètent également le statut de « citoyennes de seconde zone » des femmes au Liban. Les nombreux facteurs structurels qui perpétuent cette réalité ont été bien documentés, notamment les lois sur le statut personnel et les perceptions sociales qui lient les femmes aux mondes privés de la famille et du foyer. En outre, le système électoral et la culture générale du vote au Liban sont largement dominés par les hommes.

La Commission des femmes des Nations unies a réalisé une étude sur la situation sociale et politique des femmes au Liban, qui se résume comme suit :

– Bien qu’il y ait eu un nombre record de femmes aux élections nationales de 2018, les femmes ne représentaient que 4,68% des membres du parlement.
– Les femmes étaient également sous-représentées au Conseil des ministres jusqu’en 2019, lorsque pour la première fois dans l’histoire du Liban, quatre femmes ont été nommées ministres.
– En janvier 2020, ce nombre a continué à augmenter avec la nomination de six femmes comme ministres, dont la première femme ministre de la Défense dans les pays arabes, qui occupait également le poste de vice-Premier ministre

Quant à la candidature des femmes, il semble que cette année sera très faible, comme les années précédentes, car le pourcentage de la participation des femmes aux élections de 2018 était faible, et se présentait comme suit :

– Parti socialiste progressiste : 0 femme et 10 hommes candidats.
– Mouvement du Futur : 4 femmes – 33 hommes.
– Courant patriotique libre : 3 femmes – 44 hommes.
– Le parti Kataeb : 3 femmes – 15 hommes.
– Mouvement Amal : 1 femme – 15 hommes.
– Hezbollah : zéro femme – 13 hommes.
– Forces libanaises : 1 femme – 18 hommes.

Quant au pourcentage de femmes ayant remporté les élections parlementaires depuis 1992 jusqu’à aujourd’hui, il est de :
– 1992 : 3.
– 1996 : 3.
– 2000 : 3.
– 2005 : 6.
– 2009 : 4.
– 2018 : 6.

Le pourcentage de femmes ayant voté aux élections parlementaires et municipales est le suivant :

– 2009 : 51.2%.
– 2014 : 51.2%.
– 2015 : 51%.
– 2016 : 50.8%.
– 2009 : 52.4%.
– 2018 : 51.6%.

La marginalisation ne se limite pas seulement au nombre de femmes au parlement, mais s’étend aussi à la manière dont la plupart des femmes y accèdent à ce stade, soit en héritant de l’homme en l’absence ou en raison du jeune âge de l’héritier masculin, comme ce fut le cas pour Mirna Al-Bustani, Nayla Moawad, Solange Gemayel et Nayla Tueni, soit par le biais de la famille politique, comme c’est le cas pour Bahia Hariri et Strida Geagea.

L’espoir demeure que le pourcentage de participation des femmes aux prochaines élections évolue, par le vote et la candidature, puisqu’elles étaient en première ligne lors de la révolution du 17 octobre.