SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 25 October 2021, Monday |

Des nominations judiciaires remplies de quotas

Les propos du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, ont jeté une ombre sur la session du conseil des ministres, qui a vu pour la première fois depuis sa formation un vif débat sur le fond de revendications des ministres chiites, mais aussi des ministres de la Mouvement Marada, pour changer l’enquêteur judiciaire, le juge Tarek Bitar, et leur adoption des accusations de Nasrallah contre Bitar concernant la politisation du dossier et le fait que ses allégations étaient recevables.

On peut dire que le gouvernement est aujourd’hui tombé dans sa première épreuve sérieuse, et le débat sur le juge Bitar a abandonné le statut de ministres indépendants, après que certains d’entre eux aient perdu le statut de spécialistes.

Les quatre juges proposés par le ministre de la Justice sont Danny Shibli, Elias Richa, Mireille Haddad et Habib Mezher.

Le quota dont parle le Judges Club est lié au fait que le chef du Mouvement patriotique libre, Gibran Bassil, se taille la part du lion des juges.

Il y avait aussi des critiques selon lesquelles le ministre de la Justice s’était rendu à Ain al-Tineh et avait discuté avec le président Nabih Berri du nom du juge chiite proposé.