SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 26 November 2022, Saturday |

Double action…les familles des détenus et les familles des victimes

Alors que les larmes des familles des victimes coulent, la plupart des chefs des partis au pouvoir pleurent la politisation de la question portuaire par l’enquêteur judiciaire, Tarek Al- Bitar.

L’incapacité de l’enquêteur initial, Tarek Al-Bitar, à s’acquitter de ses fonctions, comme ils le prétendaient, a nécessité la nomination d’un juge suppléant pour étudier les dossiers des détenus non condamnés afin de décider de leur libération. Une procédure qui réconforte les familles des détenus, comme on dit.

Les deux parties sont victimes d’obstruction du système judiciaire de la part de l’autorité au pouvoir. L’avocat des familles des victimes prévient les familles des détenus d’un nouvel obstacle sur le chemin de la libération de leurs proches.

La scène de la prise de position symbolique et de la demande de justice n’est pas entre le peuple et les militaires,

Mais cette fois entre les parents et les parents. Chaque partie soulève son dossier contre l’autre, tandis que le problème principal est un pour les deux parties.

Une question sur laquelle le système au pouvoir a travaillé pour en faire deux questions sur la base du principe de diviser pour mieux régner.

Le procès intenté par deux députés accusés de l’explosion du port contre le juge, pour faire cesser l’enquête, a reflété une autre scène de la querelle entre les familles des détenus et les familles des victimes.

Seule l’autorité politique est à l’aise avec cette scène. Un spectacle qui contribue à faire obstruction à la justice, qui pourrait faire tourner les têtes si elle est réalisée.