SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 January 2023, Friday |

Entre la révolution des affamées et l’exploitation du pouvoir. Qu’est-ce qui empêche les Libanais de protester?

Avec l’effondrement continu de la monnaie libanaise, la hausse du taux de change du dollar et la pénurie du carburant, la rue libanaise continue de patauger par intermittence d’une région à l’autre et de temps en temps, qu’est-ce qui empêche les Libanais de descendre de nouveau à la rue pour protester?

L’écrivain et analyste politique Tarek Al-Mobayed, dans une interview avec le correspondant de « Sawt Beirut International » Ibrahim Fatfat que les Libanais sont confrontés à des choix difficiles soit rester chez eux ou aller sur les routes, et puisque les expériences de couper des routes dans la phase précédente ne sont pas encourageantes, où parler des relations entre certains manifestants avec certaines agences de sécurité, qui doit être confirmé, mais certainement au Liban aucun groupe ne peut faire ce confort sans couverture politique ou « La sécurité, et surtout, les citoyens qui croient au changement doivent se rendre dans la rue et dire leur parole et avoir leur projet révolutionnaire pour faire face au vol de l’époque.

Les groupes qui organisent les mouvements ont également répondu à ces accusations et un citoyen a déclaré« Nous ne sommes pas avec Saad Hariri ou le duo chiite, ni les députés et les ministres, notre slogan signifie tous les moyens, et nous sommes descendus dans la rue pour réclamer nos droits et personne ne nous dirige ou ne nous paie »,il a ajouté « J’ai un salon d’ésthétique, aujourd’hui je suis descendu et j’ai coupé la rue pour dire que je suis contre cette classe corrompue qui nous a amenés là où nous sommes aujourd’hui, pas de lait, pas d’essence, pas de médicaments, et ceux qui ont la dignité, la violence et la fraternité n’acceptent pas l’humiliation », et un autre a déclaré«Il Faut qu’ils nous cherchent des emplois, je suis quelqu’un qui ne veut pas que mon fils porte un fusil oud’appartenir à une parti. »

Ce sont des revendications vivantes justes, mais il y a ceux qui considèrent que c’est un gâchis qui pourrait par inadvertance profiter à l’autorité, a déclaré Al Mobayed.

« L’injustice organisée, dans laquelle la sécurité est 100 fois meilleure que la liberté dans laquelle se trouve le chaos, le chaos est très effrayant. Méfiez-vous des révolutionnaires et de ceux qui se lèvent de transformer ces demandes en chaos, couper les routes à un certain endroit est faisable si c’est sur un député ou un ministre, mais pas sur une ambulance et un réservoir d’essence qui alimente le service d’eau et coupe la route aux malades et d’autre part permet à George Wassouf de passer,c’est quelque chose qui tourne sur les rebelles. »

AL Mobayed a appelé les rebelles à se lire et à élaborer un plan bien planifié pour la prochaine phase« Nous sommes face à une longue confrontation, les partis politiques sont enracinés dans les services de sécurité, les ports, les installations, les entreprises et les administrations publiques, il doit donc y avoir une connaissance de la nature de l’État libanais et des partis doivent être formés à partir de maintenant s’il y a une intention sincère et une foi pour une cause, et toujours les moments historiques portent des personnes âgées et peuvent apparaître dans les prochains jours une grande personne avec sa morale qui a le charisme à travers lequel on aura la vulve et ce n’est pas loin. »

La vulve devrait venir à ce pays et à son peuple, sinon ce qui suit sera pire.