SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 October 2021, Thursday |

Il faut être prudent en nageant… Il y a 12 plages polluées au Liban

La pollution s’empare du Liban de toutes parts. Après les décharges et les fumées d’usine, la question de la pollution marine sur les côtes libanaises fait surface. Le responsable du laboratoire de la Chambre de commerce et d’industrie, Khaled Al-Omari, a expliqué au correspondant de « Sawt Beirut International » Ghassan Farran qu' »il y a une contamination bactérienne causée par l’activité des eaux usées ou l’activité des êtres humains, et il y a une pollution par les déchets industriels ».

La turbidité de l’eau, selon Al-Omari, « est une indication indirecte de la présence d’une certaine activité qui a eu lieu à l’endroit qui a rendu l’eau pas claire ».

Les rapports environnementaux indiquent qu’il y a 24 sites propices à la baignade et 8 sites pollués, tandis qu’il y a 8 plages dangereuses. Tripoli, Enfeh, El-Heri, Jounieh, Ain El-Mreisseh, Damour, Jiyeh, Sarafand et Naqoura ont été notés très bien.Quant aux plages mauvaises et impropres à la baignade, il s’agit du port de Tripoli face à l’île Abdel Wahab, la populaire piscine à Jounieh et Dbayeh, l’embouchure de la rivière Antelias en plus d’une plage Ramlet al-Baida, les sites les plus dangereux sont Kleiaat au Akkar et Minya, une plage de sable privée à Batroun, en plus de la plage publique d’Al-Bahsa à Sidon.

Il convient également de noter que la plage de Selaata est relativement acceptable, mais la présence de laboratoires chimiques à côté la rend vulnérable. Al-Omari a déclaré : « En ce qui concerne la question de la pollution chimique, lorsqu’on boit de l’eau par erreur ou qu’on inhale de l’eau, de lourdes les métaux peuvent pénétrer dans le corps humain et ces minéraux s’accumulent dans le corps. Ils ne sortent pas sous forme de toxines et sont considérés comme l’un des facteurs cancérigènes à long terme.

Le rapport environnemental a également indiqué que les « ressources halieutiques », qui sont produites à partir des eaux libanaises, sont sûres et comestibles et n’ont pas été affectées jusqu’à présent par la pollution de certaines plages.