SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 6 October 2022, Thursday |

Introduction au bulletin d’information de Sawt Beirut International: A Hezbollah: Beyrouth est libre… libre et l’Iran sors d’ici

Ils détruisent ce qui reste de l’identité de Beyrouth et du Liban. Et « ils » désignent ici le Hezbollah et tous ceux qui croient en son projet et contribuent à sa réalisation.

Imaginez ce qui s’est passé dans la région de Bienne à Beyrouth. Le Club Culturel Arabe aspire toujours à toujours présenter une grande image culturelle du Liban, et à prouver l’authenticité de la culture libanaise et sa dimension arabe.

Parce que c’est le cas, les partisans du Wali al-Faqih au Liban ont été dérangés, bouleversés et mobilisés et ont décidé d’imprimer le Salon du livre arabe de Beyrouth avec leur propre caractère. Pour y parvenir, la meilleure idée était de mettre une photo de Qassem Soleimani dans l’exposition, et d’empêcher un groupe de terminer son concert. La raison est simple. Le Hezbollah et ses partisans ne veulent pas que Beyrouth ait un caractère arabe.

Leur projet depuis 1982 est clair: changer l’identité du Liban, le faire passer de l’appartenance arabe à l’appartenance perse. D’autre part, ils ne veulent ni musique ni art.

La musique les dérange, et les arts contredisent leurs directions. Ils veulent une société pleinement idéologique et militariste qui ne connaît rien d’autre que leurs enseignements, leurs croyances et leurs rêves d’empire expansionniste, et qui accepte leurs projets de guerres permanentes.

Bien sûr, les Libanais ne veulent pas ce que veut le Hezbollah et ne sont pas satisfaits de ce dont le Hezbollah est satisfait. Par conséquent, la collision qui s’est produite dans le biel entre la bande. Et certains des organisateurs, puis les coups subis aujourd’hui par des militants qui croient en l’identité arabe du Liban, sont normaux.

Le Hezbollah, qui ne reconnaît pas la finalité du Liban, ni l’arabité du Liban, et prend ses directives de l’Iran, veut détruire ce qui reste de l’identité de Beyrouth.

C’est terminé pour le 7 mai. Mais les Libanais étaient à leur recherche, alors des militants se sont rendus à l’exposition et ont scandé le slogan: Beyrouth est libre, libre, et l’Iran sors d’ici… Quand le slogan sera-t-il réalisé?