SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 November 2022, Wednesday |

Introduction au bulletin d’information de Sawt Beirut International: Le salut sera-t-il mis en œuvre le 15 mai?

Au Liban, tout est possible.

Cependant, malgré cela, il y a parfois des « jeux » politiques qui vous poussent à vous poser de nombreuses questions. Y compris ce qui s’est passé aujourd’hui au Parlement. Le Premier ministre, qui est mécontent de toutes les performances politiques du pays, et surtout du coup porté au gouvernement hier, dans le projet de loi sur le Capital control.

Par conséquent, il a demandé que la session parlementaire soit transformée d’une session législative en une session générale, à travers laquelle la confiance dans le gouvernement sera renforcée.

Puis, de son côté, le président Nabih Berri a répondu:« Ce n’est pas le moment pour cette question ».

Les positions du premier ministre et du président du Parlement sont ridicules. Le Premier ministre sait parfaitement que la séance ne change pas au dernier moment, d’une séance législative à une séance de discussion générale, donc sa position rhétorique s’inscrit dans le cadre de la revue populiste, ni plus, ni moins.

Quant à la position de Berri, ce n’est pas la position d’un président du Parlement. Berri doit exiger, devant les députés et le premier ministre, la tenue d’une séance de discussion, suivie d’un vote de confiance. Mais au contraire, il considère que discuter du gouvernement et lui offrir sa confiance n’est pas nécessaire en ce moment.

La question est la suivante: Quand Berri sentira-t-il qu’il est du devoir du Parlement de discuter du gouvernement? Ou considère-t-il que le pays va bien, et que les gens sont à l’aise et que rien n’exige que le gouvernement soit tenu responsable de ses performances?