SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 26 November 2022, Saturday |

Introduction au bulletin d’information de Sawt Beirut International : L’échec d’un système ou la fin d’une république !

Que se passe-t-il entre l’autorité politique et le pouvoir judiciaire ? Celui qui a suivi les circonstances de la réunion du cabinet aujourd’hui, a pu constater que le Président de la République et le Premier ministre sont perturbés. Ils subissent une double pression. La première pression vient des citoyens, dont leurs dépôts ont été volés, et leur argent a été pillé. Quant à la seconde pression, elle vient des banques et des banquiers, du système financier. Ils considèrent qu’ils sont visés d’une manière ou d’une autre, et que la justice, notamment Ghada Aoun, continue de frapper ce qui reste de l’image du secteur bancaire et ce qui reste de l’image de la Banque du Liban en visant son dirigeant, et en le poursuivant lui et son frère.

Il est également clair que Michel Aoun a un objectif, et que Nabih Berri et Najib Mikati en ont un autre. La preuve est que le président de la République a accepté de tenir une séance du Conseil des ministres, mais pas au Palais présidentiel, mais au Grand Sérail, afin de se distancer de la responsabilité de suspendre Ghada Aoun du dossier de la Banque du Liban et de renvoyer le dossier soit au Procureur de la cour de cassation, soit au Procureur financier. C’est ainsi que la séance s’est tenue au Grand Sérail, mais les membres de la magistrature n’y ont pas assisté et n’y ont pas participé, de sorte que la décision appropriée dans ce dossier a été reportée à une autre date, et Najib Mikati a déclaré répondu qu’il renverrait le procureur général de la cour de cassation à la maison s’il ne répondait pas aux exigences de l’autorité politique.

Est ce que c’est ainsi que le premier ministre comprend l’indépendance du pouvoir judiciaire ? Ce discours autoritaire et arrogant est-il permis par le pouvoir exécutif à l’égard du pouvoir judiciaire ? En conséquence, tout ce qui se passe est la preuve de l’échec du système en place, en espérant que cet échec ne se transforme pas en une fin de la république !