SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 September 2022, Friday |

Introduction au bulletin d’information de Sawt Beirut International: Les sunnites au Liban : Oui aux élections et à l’Etat

Les élections parlementaires auront-elles lieu à temps ? Les sunnites boycotteront-ils les élections, ou y participeront-ils ? En ce qui concerne la première question, la prudence est obligatoire. Le système, avec la plupart de ses composantes, ne veut pas d’élections, même quand il dit le contraire. Le Courant patriotique libre préfère garder la coupe amère loin de lui, car sa masse de représentants de parti diminuera d’environ 20 députés à une quinzaine. De même, la faiblesse et le déclin du mouvement Amal apparaîtront à travers les votes préférentiels, qui le révéleront de plus en plus à l’opinion publique. Quant au mouvement Marada, il ne pourra obtenir aucune augmentation du nombre de ses députés, et son ambition la plus grande est de maintenir le nombre de ses députés actuels. En outre, le Hezbollah n’est pas très à l’aise avec le changement de l’humeur relative dans la rue chiite, et il a peur de la surprise de ce qui se passe dans l’élections.

Ainsi, les membres du système sont profondément mal à l’aise, et ils peuvent profiter de n’importe quelle affaire pour faire obstacle à la tenue des élections, et ils préfèrent l’éviter autant que possible. D’autre part, la communauté sunnite, contrairement à ce que certains pensent, ne boycottera pas les élections. C’est la secte de l’Etat et de la légitimité, et elle pense que le changement ne peut se faire qu’à travers des institutions légitimes, notamment le Parlement. La logique révolutionnaire n’existe pas chez les sunnites, ils se rendront donc aux urnes pour faire entendre leur voix lors des prochaines élections, et pour empêcher les forces révolutionnaires de mener à bien leur coup d’État contre le Taëf, les institutions et l’État.

Le choix du 15 mai est clair : soit avec l’État, soit contre ce dernier. Reviendrons-nous encore à la logique de l’Etat après ce long déclin ?