SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 October 2022, Tuesday |

Introduction au bulletin d’information de Sawt Beirut International : Pas de contrôle des capitaux avant les élections !

« Ridicule », c’est le seul mot qui résume ce qui s’est passé à la Chambre des représentants entre hier et aujourd’hui. Les commissions mixtes ont été convoquées dans le but d’approuver la loi sur le contrôle des capitaux (Capital Control) en vue de la soumettre à l’assemblée générale du Parlement la semaine prochaine.

Cependant, il s’est avéré qu’un bon nombre de députés ne voulaient pas approuver le contrôle des capitaux dans sa forme actuelle. Pourquoi ? Pour deux raisons principales. La première est que la loi sur le contrôle des capitaux est étudiée indépendamment d’un plan financier global et d’une vision économique complète, ce qui est une erreur. Comment peut-on approuver une partie avant d’approuver l’ensemble ? La seconde est que le contrôle des capitaux, dans sa forme actuelle, est totalement injuste pour le peuple, c’est-à-dire pour les déposants dont l’argent a été soumis aux décisions du gouvernement de Mikati et de certains blocs parlementaires.

Ce qui est important, c’est que les deux tours parlementaires entre hier et aujourd’hui ont abouti à une conclusion définitive : Il n’y a pas d’approbation de la loi sur le contrôle des capitaux avant les élections parlementaires. C’est ainsi que le duo Amal – Hezbollah, soutenu par les socialistes et les restes du Bloc du Futur, a échoué à faire adopter la loi, laissant la question en suspens jusqu’après le 15 mai. Que va faire le gouvernement de Mikati, qui est arrivé au pouvoir avec le slogan du sauvetage et qui, jusqu’à présent, n’a pas réussi à faire un pas sur le chemin du sauvetage ?

Cette scène rend les prochaines élections parlementaires décisives. Donc, chers Libanais, votre pays a besoin de vous, et le devoir électoral vous appelle. Participez massivement aux élections, car « vos votes sont notre arme légitime pour que nous puissions les changer et pour que nous puissions survivre ».