SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 October 2022, Sunday |

Introduction au bulletin d’information de Sawt Beirut International: Que se passe-t-il entre Michel Aoun et Najib Mikati?

Que se passe-t-il entre le président de la République et le Premier ministre, et la relation est-elle normale entre les deux hommes? Apparemment, au moins, les choses se passent selon ce qui est demandé mais les choses sont compliquées. L’équipe du président Aoun veut des victimes à l’aube des élections législatives, et elle n’a pas trouvé mieux que Riad Salameh pour le présenter comme victime de l’opinion publique en cherchant à le « chasser » de la gouvernance de la Banque du Liban. Mais le problème est que Najib Mikati ne le souhaite pas pour de nombreuses raisons, et il ne peut pas l’accepter. De là, la guerre froide a commencé entre les deux hommes, qui ne s’est pas limitée et ne se limitera pas à Salameh, mais s’est étendue au général de division Imad Othman qui est également une ligne rouge pour Mikati parce qu’il est connu que la Direction générale des Forces de sécurité intérieure est symbolique au sein de la communauté sunnite, et donc Mikati ne peut pas être indulgent en cette question. C’est donc une semaine chargée et délicate qui attend les Libanais. Quel est le sort de l’assignation que Ghada Aoun a rédigée contre le général de division Othman? Va-t-il comparaître devant le premier juge d’instruction du Mont-Liban, ou personne ne découvrira-t-il où il se trouve, tout comme ce qui s’est passé avec Riad Salameh lorsque la Sûreté de l’État l’a suivi? Le résultat sera probablement le même.Ni le ministre de l’Intérieur n’est disposé à donner l’autorisation de poursuivre Othman, ni les agences de sécurité et judiciaires vont poursuivre Othman. Aoun va-t-il se taire sur une seconde défaite qu’il subit en moins de dix jours? Le président fort se contenterait-il de devenir un symbole de faiblesse et d’incapacité à mettre en œuvre n’importe quelle décision?