SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 October 2022, Tuesday |

Introduction du bulletin d’information de Sawt Beirut International: Un Etat sans loi ni constitution!

Chaque jour, il devient certain qu’aucun des fonctionnaires ne respecte la loi ou même la constitution. Le ministre de l’Intérieur a annoncé plus d’une fois au cours de la semaine dernière que la conférence de l’opposition bahreïnite ne se tiendrait pas à Beyrouth et qu’il aborderait la question considérant qu’il n’est pas permis de tenir une conférence dans la capitale libanaise visant le régime d’un pays arabe frère. Néanmoins, la conférence s’est tenue, sous le parrainage direct du Hezbollah, et comprenait un discours d’un des responsables du parti. Quel est ce pays dans lequel les responsables ne respectent pas leurs paroles et leurs décisions? La loi se limite-t-elle à son application aux faibles? Une deuxième chose s’est produite aujourd’hui et a soulevé un problème au sujet de l’Etat des institutions et de la loi. Le procureur général du Mont-Liban, le juge Ghada Aoun, a poursuivi aujourd’hui par le biais d’une citation à comparaître le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salameh, dans trois lieux : son lieu de travail à la Banque du Liban, sa maison à Rabieh et son chalet à Safra… Cependant, elle ne l’a pas trouvé. Est-ce que nous assistons à une application réelle et pratique de la loi, ou est-ce juste une mascarade au nom de la magistrature? Est-ce un pays qui se respecte, respecte ses citoyens et assure l’égalité entre eux quant à l’application de la loi, ou est-ce un pays qui adopte le principe de l’été et de l’hiver sous un même toit? En effet, nous sommes en crise, et la plus grande crise que nous traversons, c’est que notre loi n’est qu’un avis, et la Constitution qu’un point de vue. Quelqu’un demande-t-il pourquoi nous avons atteint le grand effondrement?