SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 October 2022, Wednesday |

La juge Ghada Aoun met en œuvre le plan d’Aoun et de son équipe et la convocation du Général Othman est purement politique

Les répercussions de la convocation par la juge Ghada Aoun du directeur général des forces de sécurité intérieure, le général de division Othman, sont toujours en cours de discussion, en plus de la poursuite du gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salameh.

Il est connu que les démarches judiciaires d’Aoun sont soutenues par une équipe politique représentée par le président Michel Aoun et le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil. Il est clair que la juge Aoun n’effectue son travail que sur demande d’Aoun et de son équipe. Par exemple, jusqu’à présent, il n’y a pas eu de résultat aux descentes du juge Aoun dans les bureaux de Mecattaf, et autres.

Aujourd’hui, les ordres du palais présidentiel se dirigent vers les gouvernants et le général, et le populisme est le titre principal de ce mouvement judiciaire.
Comment le peuple libanais voit-il ce que fait la procureure générale d’appel au Mont-Liban ?

Quant au Conseil supérieur de la magistrature, qui a exprimé à plusieurs reprises son mécontentement à l’égard de ce que fait la juge Ghada Aoun et l’a convoquée, sans succès, cela soulève des questions sur l’indépendance du pouvoir judiciaire.

Aujourd’hui, plus que jamais, le Conseil supérieur de la magistrature est appelé à jouer son rôle pour freiner la transgression par la juge Ghada Aoun de ses devoirs et ses violations flagrantes, afin que la balance de la justice ne penche pas en faveur d’un certain groupe partisan, ou pour que le Palais de justice ne devienne pas comme le palais du peuple occupé.