SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 8 December 2022, Thursday |

La Première Présidence transcende les règles diplomatiques

Le pape François visite-t-il le Liban ou pas? La question se pose après la confusion survenue après l’annonce officielle de la visite par le palais de Baabda, soulignant dans un communiqué qu’elle aurait lieu en juin, après une lettre reçue par le président Aoun de l’ambassadeur du pape. La surprise était par ce qui a été publié plus tard par le directeur du bureau des médias du Saint-Siège au Vatican, soulignant que la visite du pape au Liban est toujours une hypothèse à l’étude.

Qu’est-il arrivé? La vérité est que la visite aura lieu en juin, comme l’a annoncé le président Aoun, et selon ce que nous savons, sa date sera dans la deuxième semaine de juin, c’est-à-dire après les élections législatives.Des sources diplomatiques révèlent que la raison de le rapprocher de juin, après l’information selon laquelle cela se produirait à l’automne prochain, est le rapport soumis par le secrétaire du Saint-Siège pour les relations entre les États au Vatican, Mgr Richard Paul Gallagher, au pape après avoir vu lors de sa visite au Liban l’ampleur de la crise et les chiffres choquants de la migration des jeunes.

Le problème n’est donc pas de savoir si la visite papale aura eu lieu ou non car elle est devenue certaine, mais plutôt la manière dont le palais de Baabda l’a traitée, ce qui a suscité du ressentiment dans les cercles du Vatican.

Selon les informations, le protocole exige que la visite soit annoncée le même jour par le Vatican et le Liban ensemble, mais les services du Palais républicain ont été les seuls à annoncer la nouvelle, ce qui a laissé l’impression dans les services du Vatican que le président de la République veut utiliser la visite pour des intérêts électoraux particuliers. Elle peut être présentée comme un soutien au mandat dont son courant politique pourrait bénéficier dans sa campagne électorale. Dans ce contexte des sources diplomatiques confirment que les visites à l’étranger du pape n’ont jamais été faites pour le bien des présidents ou des fonctionnaires, mais pour le peuple.

D’autre part, des sources de Baabda ont été étonnées et ont nié l’existence d’un mécontentement au Vatican et les sources ont expliqué que l’ambassadeur papal a remis au président Aoun une lettre qui comprenait la confirmation de la visite en juin et une demande de commencer les préparatifs nécessaires.

Des sources de Baabda ont confirmé que la date était fixée pour la visite, mais les services du palais ne l’ont pas annoncée, et le texte qui est sorti de Baabda était en accord avec l’ambassadeur papal.

Sachant que les préparatifs de la visite ont déjà commencé et la conception de la robe que le Pape portera on peut dire que déterminer la visite après les élections législatives signifie que leur report n’est plus une possibilité, car on s’attend à ce que la visite soit un facteur pressant, peut-être dans le sens de l’accélération de la formation du nouveau gouvernement.