SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 September 2022, Tuesday |

La prise d’assaut des banques…

Ce que le citoyen Abdallah Al-Sahi a fait pour extraire son dépôt de la Banque de Beyrouth et des pays arabes à Jub Jenin etatit encourageante pour les autres d’autant plus que la juge Amani Salameh l’a libéré avec une caution financière ne dépassant pas deux cent mille livres, ce qui indique la compréhension du juge de ce qu’il a fait.

Ce qui s’est passé il y a quelques jours dans une banque est comme une sonnette d’alarme. Une expérience qui se répète face à l’échec des autorités législatives, exécutives et judiciaires à fournir les droits des personnes.

Bassem, le fils de la ville méridionale d’Aitaroun et un habitant de la région d’Ouzai, a déclaré avoir fait ce qu’il avait fait pour compléter le traitement médical de son père, qui a été hospitalisé. Son dépôt est de 210000$.

Son épouse raconte qu’il a essayé à plusieurs reprises de profiter des circulaires successives de la Banque du Liban et de négocier avec la banque (Federal Bank) pour retirer les sommes dont il avait besoin sans succès, et ainsi il a mis en place un stratagème bien pensé qui lui permettait pour en récupérer environ 30 000 $.

Entrer de force dans la banque et intimider les employés est une erreur qui n’est pas permise par la loi, mais malgré sa gravité, cela reste une toute petite erreur parallèlement au crime commis contre les déposants et qui se poursuivi depuis trois ans.

Abdallah Al-Sahi et Bassem El-Sheikh Hussein ne seront pas les derniers…