SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 26 November 2022, Saturday |

Le cabinet a-t-il abandonné le secteur de l’électricité lors des nominations à l’Université libanaise ?

« Si vous me grattez le dos, je gratterai le vôtre », est un slogan adopté par tous les fonctionnaires dans chaque étape ou mesure qu’ils prennent, dont la plus récente est les nouvelles nominations à des postes de direction dans les ministères, les départements et le Conseil supérieur de la magistrature. Depuis que la juge Roula Gedayel a pris sa retraite, la nomination la plus récente a été au poste de directeur général du ministère de la Justice.

La première partie du paquet de nominations représente le Conseil pour le développement et la reconstruction, le Conseil supérieur de la magistrature et l’Université libanaise, car la nomination d’un successeur répond aux défis et n’est pas encore achevée.

Cependant, la nouvelle nomination n’augure rien de bon. L’élection du successeur de Fouad Ayoub à la présidence de l’Université semble être une véritable traduction de la corruption.

Conformément à l’article 10 de la loi, le président de l’université est choisi parmi les trois candidats par le conseil de l’université. Le Cabinet reçoit les noms et publie un décret portant nomination de l’un d’entre eux.

Le Conseil des doyens, d’autre part, a été suspendu pour deux ans, et Ayoub a fermé la porte à la candidature du Centre du Doyen.

Ainsi, après avoir aboli l’autorité du Conseil de la Ligue, Ayoub confisqua le Conseil de la Ligue et présenta 18 noms choisis au Ministre de l’Éducation, qui en choisirait trois à renvoyer au Conseil des Ministres.

Cinq candidats ont été lancés pour la présidence, dont trois partis du Mouvement Amal et du Hezbollah, ainsi que deux proches alliés.

Comment se passera le reste des nominations si le président de l’université est élu de cette façon? Est-ce ainsi que fonctionne la réforme?

D’autre part, pour éviter toute complication avec l’équipe du président, le gouvernement nommera les secteurs des télécommunications et de l’aviation civile dès que possible, tandis que l’autorité qui régit le secteur électrique sera reportée.

N’est-il pas urgent de considérer le secteur de l’électricité, ô gouvernement?

En conséquence, les rendez-vous actuels ont été mis en branle, mais l’arbre n’est aussi bon que son fruit.