SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 6 December 2022, Tuesday |

Le cauchemar de l’effondrement continue… L’expulsion des banques libanaises de Chypre après l’Irak!

Les banques libanaises n’ont pas résisté à la pression de la crise économique, financière et monétaire, et ses répercussions ont dépassé le cadre des frontières libanaises. Dans ce contexte, certains d’entre eux dans la capitale irakienne, Bagdad, ont annoncé une liquidation volontaire de leurs succursales en plaçant des banderoles sur leurs portes dans un geste qui reflète la crise économique.

L’agence de presse chypriote, à son tour, a révélé que les 9 banques libanaises avaient également décidé de fermer leurs succursales sur l’île par une décision émise par la Banque centrale du Liban, mais l’affaire n’a pas encore été officiellement annoncée.

La décision chypriote est venue par mesure de précaution face à d’éventuels effets susceptibles d’affecter le secteur bancaire chypriote au cas où les succursales libanaises ne paieraient pas les cotisations de leurs déposants.

Ces évolutions ne sont que la production du « plan de relance » que le gouvernement a mis en place pour répondre aux exigences du Fonds monétaire international.

Ainsi, Chypre, avec son importante dimension européenne, est le quatrième pays, après l’Irak, la Jordanie et l’Égypte, que les banques libanaises laissent sous des répercussions de l’éclatement des crises financières et monétaires et de l’exacerbation des pressions internes sur la banque centrale et le système bancaire.