SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 December 2022, Saturday |

Le développement judiciaire européen accélère-t-il le remplacement de Salameh ?

Parallèlement aux tensions entre le président de la République et son équipe politique et judiciaire, d’une part, et le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salameh, d’autre part, un nouveau développement est apparu qui renforcera la pression judiciaire sur Salameh. Le nouveau développement judiciaire est européen et provient d’une institution officielle de l’Union européenne, l’Unité de Coopération Judiciaire Européenne « Eurojust », qui a émis une décision de geler des fonds libanais d’une valeur de 130 millions d’euros en attendant les enquêtes en France, au Luxembourg, en Allemagne, à Monaco et en Belgique, et l’accusation est le blanchiment d’argent et le détournement de fonds publics estimés à 330 millions d’euros.

Cinq personnes dont les noms n’ont pas été mentionnés par Eurojust sont accusées de détournement de fonds publics et de blanchiment d’argent, et des sources judiciaires parlent de Salameh comme l’un des cinq accusés, en plus de son frère et de son assistante, sur la base de la correspondance de chiffres mobiliers et immobiliers et de leurs valeurs. Ce développement judiciaire européen aura un impact direct sur la position du Salameh, et certains disent qu’un tel soupçon peut accélérer la décision de remplacer Salameh pour empêcher la propagation des dommages à la Banque centrale.

Ce développement judiciaire européen peut être considéré comme un cadeau qu’Aoun et son équipe utiliseront dans leur bataille pour le changement du Salameh, bien que Salameh soit jusqu’à présent un suspect et que la voie judiciaire puisse prendre un certain temps. Quoi qu’il en soit, l’atmosphère qui régnait avant la décision européenne excluait le changement de Salameh en raison de l’absence de consensus sur une alternative en premier lieu, et du refus des forces politiques, y compris Berri et Mikati, de faire un cadeau à Aoun à la fin de son règne.

Les premières indications de l’étape à venir sont un réexamen au Palais républicain de la question de l’invitation du gouverneur de la Banque du Liban à participer à la session du cabinet prévue demain à Baabda, sachant que la participation de Salameh n’a pas été réglée.