SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 December 2022, Saturday |

Le dollar dépasse le seuil de quarante mille

« La livre est bonne » est la célèbre phrase à travers laquelle le gouverneur de la Banque centrale du Liban, Riad Salameh, a rassuré le peuple libanais, un discours très inspirant de l’homme qui a stimulé les vagues d’inflation rapide et forte pendant trois années consécutives en essayant de fermer les yeux sur les pertes du système financier qu’il a gérées pendant 28 années consécutives, ici il répète aujourd’hui, lors d’une réunion avec les organisations patronales et le conseil d’administration de l’Association des banques où il a littéralement dit « La livre va bien, les dépôts vont bien ».

Le dollar américain par rapport au taux de change de la lire continue d’augmenter sur le « marché noir » où il a dépassé le seuil de 40 000 livres libanaises par dollar.
Cette hausse insensée et sans précédent du taux de change du dollar par rapport à la lire coïncide avec les propos du gouverneur de la Banque centrale du Liban, Riad Salameh, qui a réaffirmé que « la livre va bien » et a souligné que « les dépôts vont bien ».
Que voulait dire Riad Salameh par ses paroles ?
Quels facteurs ont fait grimper le dollar à ce point ?
Quelles sont les raisons pour lesquelles le dollar baisse au marché noir?

Il ne fait aucun doute que la hausse du taux de change du dollar affecte continuellement la hausse des prix de divers produits de base, en particulier les produits de base, ce qui a une incidence négative sur la vie du citoyen libanais et accroît l’impact de la crise économique et vivante dont il souffre. Le citoyen porte-t-il plus de fardeaux ou est-il habitué à l’instabilité ?