SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 November 2022, Monday |

Le Hezbollah perd la majorité et la capacité de perturber…et les forces du changement avant le premier test

Le Hezbollah a perdu la majorité parlementaire, selon les résultats définitifs des élections, et le nombre de sièges qu’il a obtenu avec ses alliés a atteint 62 députés, contre 70 au parlement précédent, ce qui signifie que le parti, avec ses alliés, a perdu la capacité de bloquer le parlement et donc de contrôler la décision du parlement.

En revanche, d’autres partis non alliés au parti, c’est-à-dire les « Forces libanaises », « Al Kataeb », « le Mouvement indépendantiste », les Forces du changement et les indépendants, ont obtenu 67 députés.

La nomination d’Achraf Rifi à la tête du prochain gouvernement pourrait être imposée lors des prochaines consultations parlementaires.

Le premier test pour les forces à caractère souverain changeant, qui différenciera les forces réelles de transformation prêtes à s’affronter au parlement et les forces susceptibles d’accompagner le parti Istiklal Michel Moawad, le général de division Ashraf Rifi et Fouad Makhzoumi , et l’attention sera portée sur la décision du bloc du Parti socialiste progressiste, qui devra choisir entre l’amitié qui unit Joumblatt et Berri et un facteur nouveau qui a émergé des élections, qui est la présence remarquable des forces du changement dans le Chouf.

Au début de la semaine prochaine, le nouveau parlement tiendra sa première session pour élire un nouveau président. Le seul candidat à ce jour est Nabih Berri, qui en sa qualité de président d’âge présidera également la session, et le premier test sera le nombre de voix que Berri obtiendra et de qui ?

Au milieu de la crainte du président Berri que les principaux blocs chrétiens s’ajoutent aux forces du changement contre le renouveau, des informations font état de tentatives d’échange de votes entre lui et le Courant patriotique libre, afin que le bloc vote pour Berri et obtienne un siège au nom de la présidence du parlement pour le député élu, Elias Bou Saab.

D’autre part, les Forces libanaises ont coupé toute possibilité similaire au député élu Ghassan Hasbani en annonçant leur refus d’élire Berri, également l’un des candidats possibles à la vice-présidence du Conseil, qui est un centre pour les orthodoxes, que le l’élu peut avoir Melhem Khalaf.