SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 November 2022, Tuesday |

Le Liban connaîtra une semaine pleine d’échéances constitutionnels et de protestations populaires

La semaine prochaine est pleine d’échéances constitutionnels parlementaires et de protestations.

Au Parlement, les consultations déclarées se poursuivent entre les partis politiques et les blocs parlementaires, pour déterminer les options des députés lors de la séance consacrée à l’élection du président du parlement, de son suppléant et du corps du bureau.

Les mouvements de protestation dans plus d’un secteur ne seront pas loin de la date de la session parlementaire. Les assistants de justice ont annoncé qu’ils cesseraient de fréquenter tous les palais de justice à partir de lundi pendant une semaine.

L’Assemblée constituante du Syndicat des travailleurs et des employeurs de l’inspection mécanique a, à son tour, annoncé la mise en place d’un sit-in pacifique lundi devant le ministère de l’Intérieur et des Municipalités, en rejet de la décision d’annulation de l’inspection mécanique.

En outre, le Syndicat des propriétaires d’hôpitaux a appelé le Premier ministre et chacun des ministres du Travail et de l’Intérieur du gouvernement intérimaire, à intervenir auprès de la Banque du Liban et de l’Association des banques, pour résoudre le problème des hôpitaux d’utiliser leurs comptes dans les banques, afin d’éviter un scénario de fermeture, ou pour que le patient paie l’intégralité des frais d’hospitalisation.

Le Liban se trouve donc à un nouveau carrefour parlementaire, au milieu des mouvements de contestation. Résonnera-t-elle dans les salles parlementaires, ou les députés légiféreront-ils leur première loi, qui les ignorent, indifférents ou soucieux de ce qui se passe avec les Libanais ?