SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 October 2022, Tuesday |

Le piège des mégacentres conduit-il au report des élections ?

Dans son étude présentée le 25 février, le ministre de l’Intérieur confirme qu’il est juridiquement impossible d’utiliser le mégacentre sans procéder à un amendement juridique en trois points, d’abord pour la création de centres de vote appartenant aux districts en dehors du champ géographique de ces districts, ensuite en termes d’attribution de comités d’enregistrement pour ces centres et enfin pour la carte magnétique. Il est impossible d’apporter les modifications nécessaires avant le 15 mai, même si ces modifications ont été proposées lors de la première session législative et sous la forme d’une proposition de loi à caractère répétitif et accéléré, outre le fait qu’il n’est pas possible de commencer à travailler sur la loi avant sa publication au Journal officiel. Le nombre de mégacentres est déterminé selon le ministre de l’Intérieur par 9. Le coût de son équipement avec un programme spécial pour l’enregistrement, l’internet, l’électricité, le diesel, la papeterie, les fournitures électorales, est de 4 millions et 770.000 dollars, et la durée de ces procédures n’est pas inférieure à 5 mois, ce qui signifie que la préparation du mégacentre le 15 mai est une tâche impossible, selon le ministre de l’Intérieur. L’étude parle également des ressources humaines dont les mégacentres ont besoin, que ce soit en termes de grand nombre ou en termes de coût également, estimé à 22 milliards et 50 millions de livres libanaises.

Le président de la République, malgré ces faits, est favorable au mégacentre, et ce qu’un certain nombre de ministres considèrent comme des difficultés n’est pas difficile, selon le président Aoun, qui confirme qu’il a une méthode qui facilitera le dossier. Quelle est cette méthode qui permet de contourner les difficultés d’amendement de la loi et les difficultés d’obtention des fonds ? La solution proposée est-elle un délai technique de quelques mois dont le but est de préparer le mégacentre, alors que le but inavoué est de prolonger la vie de ce gouvernement pour faire passer des nominations et des décisions qui intéressent Aoun et le Courant patriotique libre, mais la question est de savoir si le président Mikati acceptera d’approuver une telle décision ?