SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 6 December 2022, Tuesday |

Le pouvoir d’achat des Libanais peut-il être amélioré?

La crise économique au Liban est entrée dans sa troisième année, et la question de la correction des salaires et traitements reste la plus grande préoccupation des Libanais, avec la baisse de la valeur de la livre libanaise et la hausse continue du dollar, du prix du carburant et des matières premières.

Il s’agit d’un problème urgent qui nécessite une solution rapide, et lors de la décision d’augmenter le salaire minimum, il faut tenir compte du fait que les salaires doivent être conformes à la logique du fournissement des exigences d’une vie décente.

En mai dernier, avant la date des élections législatives, le ministre du Travail Mustafa Bayram a annoncé, dans un communiqué, la publication du décret qui a ajouté un montant d’un million et 325 mille livres au salaire minimum des travailleurs du secteur privé, à condition qu’il soit déclaré à la CNSS ce qui génère annuellement mille et cent milliards de livres.

Aujourd’hui, cinq mois plus tard, quoi de neuf à cet égard? La hausse des salaires aura-t-elle des répercussions futures sur les indemnités de fin de service, alors que l’aide sociale est plus temporaire et pratique?

La même question se répète chaque fois qu’une décision est prise d’augmenter l’allocation de transport, ou le salaire minimum dans le secteur privé, si l’augmentation est suffisante, et si les institutions et les entreprises supporteront ces augmentations compte tenu de la situation économique étouffante.