SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 December 2022, Saturday |

Le sol est son lit et le ciel est son plafond

Voici le Liban, un pays qui pleure l’histoire et marqué par la géographie. Il vit des miettes de dons et aiguise le visa aux portes des ambassades, son peuple se révolte pour six dollars et ne lève pas la paupière pour les calamités du chagrin ou pour ses affligés. Voici le Liban, un pays qui marche pieds nus sur une boîte chaude engourdie par la grâce des narguilés et des boîtes de conserve. Voici le Liban où l’espoir est interdit, un beau rêve est supprimé et la vraie joie est haram. Au coin de la route de Dekwaneh, un homme ressemble à sa patrie, fatigué, brisé, vaincu, douloureux, malade et a perdu la légitimité de la vie. Elias Haddad, malheureusement libanais, est né dans un pays maudit.
Ayant perdu toute sa famille dans un accident de voiture, il ne lui reste plus que les visages des passants, dont la majorité ne le voit pas ou plutôt ne veut pas le voir. Le déni est la devise de la vie de chaque Libanais.

Il vend tout, même des papiers et des livres de prières, son adresse à l’endroit cette rue et son temps est le temps de l’enfer d’une nation.