SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 November 2022, Monday |

Le système au pouvoir nous conduit au Grand Effondrement

Le grand effondrement approche. Ce qui s’est passé entre le pouvoir judiciaire et le secteur bancaire confirme une chose : le système politique corrompu est le premier et le dernier responsable.
Le pouvoir judiciaire exerce sa responsabilité et exerce ses fonctions, c’est-à-dire qu’il fait ce qu’il a à faire.
Il ne peut rester les bras croisés face à un procès qui touche un déposant bancaire ou un groupe de déposants.
Les banques, d’autre part, essaient autant que possible de maintenir le reste de leur portefeuille face à un effondrement financier, économique et social global.
Nous sommes donc devant deux partis : un pouvoir judiciaire qui fait son travail, et des banques qui essaient autant que possible de garder la coupe amère loin d’elle-même.
Dans ce cas, qui devrait assumer la responsabilité? le système politique, en particulier la Chambre des représentants.
Ici la responsabilité est spécifique.
Il suffit que la Chambre des représentants approuve le contrôle des capitaux, afin que les responsabilités soient déterminées et que le déposant sache ce qu’il a et ce que c’est, ainsi que les banques.
Mais la solution à ce niveau est devenue un problème. Nabih Berri ne veut pas de contrôle du capital.
La preuve en est que la Commission des finances et du budget et la Commission de l’administration et de la justice ont adopté la loi, mais Nabih Berri continue de tergiverser et il ne l’a pas encore adoptée à l’Assemblée générale pour mille raisons et raisons.
Ainsi, le problème à la tête du système est Nabih Berri.
C’est un système de corruption qui achève le passage à tabac du reste des secteurs du pays. Quelqu’un bouge-t-il avant l’effondrement complet et total?