SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 September 2022, Tuesday |

L’effondrement de la couverture santé…

Avant la crise, il y avait la quasi-unanimité sur le fait que la facture des dépenses publiques de santé au Liban est importante et qu’elle est inégalement répartie.

Dans les rapports publiés par le ministère libanais de la Santé concernant les comptes nationaux de la santé, les dépenses de santé en 2019 étaient 7,7 %, soit 6 238 milliards de livres. À l’époque, ce chiffre était égal à 4,13 milliards de dollars, et la part de chaque Libanais avec l’exclusion des Syriens et des Palestiniens résidant au Liban, s’élevait à 1 372 dollars par an. Quant au calcul avec les déplacés syriens et palestiniens, la part de chaque résident sur le territoire libanais dans ces dépenses s’élève à 1040 dollars.

Actuellement, ces chiffres ressemblent à un rêve. Les estimations publiées dans le dernier rapport publié par l’Organisation internationale du travail intitulé « La protection sociale dans le monde 2020-2022 » indiquent que les dépenses de santé au Liban ont chutées à 4,2% du PIB, en référence aux chiffres du Fonds monétaire international.

Si l’on calcule que le produit intérieur brut est estimé à environ 18 milliards de dollars dans le plan gouvernemental approuvé par le Fonds monétaire international, les dépenses réelles pour la santé seront de 756 millions de dollars. Ainsi, la part d’un résident au Liban (Libanais, Syriens et Palestiniens) a diminuée à 126 dollars, soit 88%.