SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 November 2022, Sunday |

Les citoyens meurent de faim, dans un contexte d’hyperinflation et d’effondrement du salaire

Habituellement, la valeur du salaire minimum dans un pays est déterminée en fonction de cinq facteurs: la nourriture et les boissons, le logement, le transport, l’hospitalisation et l’éducation. Mais au Liban, le salaire de l’individu peut être égal à deux cannisters à essence, ou à des frais d’abonnement de 5 ampères au générateur d’électricité.

Avec la hausse exorbitante des prix qui frappe tous les produits de base, en particulier les denrées alimentaires, dont les prix ont augmenté de 300%, en raison de la hausse insensée du taux de change du dollar et des prix du carburant, il est devenu nécessaire d’augmenter et de corriger le salaire minimum.

D’autre part, il semble qu’il y ait une difficulté à corriger les salaires dans les secteurs public et privé, en raison du manque de ressources pour financer cette « augmentation », et à la lumière de l’ensemble du déficit de l’État. Alors, y a-t-il une solution, ou le processus d’augmentation du salaire minimum est-il devenu un rêve?

Vivre au Liban est devenu difficile et impossible pour de nombreux Libanais. Les fonctionnaires prendront-ils les mesures nécessaires ou le citoyen sera-t-il laissé à son sombre sort ?