SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 September 2021, Monday |

Les conditions sanitaires et économiques permettent-elles la reprise de l’enseignement présentiel dans les écoles ?

Après la décision rendue par le ministre de l’Éducation, dans le gouvernement intérimaire, Tariq Al-Majzoub.

Dans celui-ci, il a annoncé que la nouvelle année académique sera présente, dans les rangs des familles des élèves et des enseignants.

Al-Majzoub a comparu aujourd’hui, soulignant que le retour à l’école était devenu inévitable, et il a présenté le plan de retour en classe.

De nombreuses solutions et promesses faites par Al-Majzoub dans le plan de retour, n’étaient pas suffisantes aux yeux des comités de parents, dans les écoles privées, considérant que le ministre n’a pas la capacité ou les capacités d’y marcher, et de sécuriser leur conditions.

Ils sont les premiers à souligner l’importance d’une éducation pleinement urbaine, à condition de trouver des solutions aux obstacles, notamment le coût des transports et le prix du carburant.

Ils réclament le soutien de l’État et des donateurs pour les enseignants et les parents en difficulté.

Le ministre de l’Éducation a réitéré toutes les promesses qu’il a faites aux élèves, aux parents et aux enseignants au cours de la dernière année.

Mais cette fois, la situation est différente.Le secteur économique au Liban est en déclin constant, et aucune des composantes éducatives familiales ne pourra démarrer une nouvelle année scolaire, sans mise en œuvre sérieuse et tangible.