SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 July 2022, Tuesday |

Les consultations auront lieu jeudi prochain et les nouveaux changeurs participent individuellement

Un mois après la fin des élections législatives, le président de la République a appelé à des consultations parlementaires contraignantes jeudi 23 de ce mois, pour désigner un nouveau Premier ministre.

Les raisons invoquées pour retarder la date étaient le début de l’attente des élections pour le bureau de la Chambre des représentants puis les élections des commissions parlementaires, puis le dossier de démarcation des frontières et la visite du médiateur américain, l’argument était l’accueil de l’invité de marque.

Alors qu’il est devenu insistant sur le fait que les vraies raisons se cachent derrière la même demande que le président Aoun avait soulevée lors de consultations précédentes lorsqu’il a insisté pour s’entendre implicitement sur le président, la forme du gouvernement et la part du Courant patriotique libre avant de définir les consultations.

Et si le scénario attendu jusqu’ici est d’assigner le président Najib Mikati, qui bénéficiait jusqu’ici du soutien du Hezbollah, d’Amal, de Marada et de quelques indépendants, le pari reste jusqu’à jeudi sur la capacité du Hezbollah à persuader le Courant patriotique libre de nommer Mikati, ou adopter au moins le même scénario qui s’est produit la dernière fois.Lorsque Bassil a annoncé qu’il ne nommerait pas Mikati, tout en laissant la porte ouverte pour lui redonner confiance dans le parlement, selon la formation gouvernementale.

En revanche, les partis souverains lèvent un « non » clair à la répétition de la scène gouvernementale précédente et donnant au Hezbollah et à l’actuel le droit d’imposer le président et ainsi permettre à Bassil d’imposer ses conditions et de former un gouvernement politique et un gouvernement de l’unité nationale. En attente d’une clarification de la position des députés du changement.

Il a été remarquable la participation des députés du changement aux consultations sous le nom de députés indépendants, qui étaient au nombre de 31 députés indépendants, y compris d’anciens et de nouveaux députés, sous le nom de députés de l’assemblée parlementaire du Nord.

Il semble que le bloc de 13 députés se soit dispersé, après avoir combattu collectivement dans une certaine mesure aux élections pour le bureau du conseil, voici les députés qui ont annoncé qu’ils étaient parmi eux, et les voici qui participent en tant qu’indépendants aux consultations jeudi.

Même la tentative de former un bloc qui réunirait les représentants du Nord avec quelques indépendants comme Neemat Frem et Jean Taluzian n’a pas encore abouti.

Il était remarquable que Taluzian l’ait rapidement désavoué et ait répudié toute déclaration émise lors d’une occasion sociale telle qu’il la décrivait.