SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 December 2022, Sunday |

Les déposants recevront-ils leur argent en espèces?

Après que le gouvernement n’ait pas tenu son engagement de soutenir le secteur du transport routier, les chauffeurs publics ont organisé des manifestations et des sit-in aujourd’hui pour demander l’aide du gouvernement pour leur secteur, qui a été durement touché par le ralentissement économique.

Des dizaines de chauffeurs ont participé à une marche de protestation à Beyrouth, tandis que d’autres ont organisé des sit-in à Tripoli, Nabatiyeh et dans d’autres villes.

Selon Bassam Tlais, chef des fédérations et des syndicats du secteur des transports terrestres, « les mesures d’escalade sur diverses zones libanaises visent à faire pression sur le gouvernement pour qu’il suive ce qui a été convenu ».

Suite à la récente détérioration du taux de change de la livre libanaise, qui a atteint 28 000 LBP pour un dollar, une réunion a eu lieu entre le Premier ministre, le ministre des Finances et le gouverneur de la Banque du Liban, qui a conclu que deux mesures ambiguës avaient été prises pour freiner la détérioration du taux de change de la lire, conformément aux politiques aléatoires que les responsables avaient l’habitude de prendre comme des solutions disparates. La Banque du Liban a annoncé dans une circulaire qu’elle fournirait aux banques leur part de trésorerie pour le reste du mois en dollars américains au lieu de la livre libanaise, au taux de change de la plateforme de change quotidienne. Les banques doivent payer l’intégralité des montants en billets en dollars à leurs clients au même taux, au lieu de régler les montants en livres libanaises et résultant de retraits ou d’opérations de fonds en espèces à partir des comptes ou des cotisations leur appartenant selon le plafond approuvé pour la mise en œuvre de ces opérations avec la banque concernée.

Selon des sources bancaires, la circulaire de la Banque centrale du Liban concerne la circulaire n° 158, selon laquelle les banques paient 400 dollars en espèces et 400 dollars en livres libanaises au taux de change d’une plate-forme de change pour les clients, car elle peut accorder à la Banque du Liban, les fonds alloués à la partie qui est payée en livres, en dollars, à condition que les banques vendent ces dollars aux bénéficiaires de la circulaire 158, au taux de change d’une plateforme.

Quant à la deuxième mesure visant à freiner l’effondrement de la livre libanaise, pour laquelle une circulaire n’a pas encore été émise, elle stipule que la Banque du Liban réglemente le remboursement des prêts commerciaux en devises étrangères, en espèces en livres libanaises, au taux de change de 8 000 livres libanaises. Cette mesure ciblera uniquement les prêts aux entreprises, comme les prêts résidentiels et personnels. Des sources bancaires ont expliqué que les prêts commerciaux sont actuellement payés par chèques bancaires, c’est-à-dire en dollars, qui sont actuellement vendus à environ 20% de la valeur du chèque dans le cas où il est acheté en dollars frais, ou au taux de change d’environ 5 500 livres libanaises, dans le cas où il est acquis en LBP.