SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 November 2022, Wednesday |

Les discours électoraux ont commencé et la bataille se déroule dans la rue chrétienne

A la veille de la date limite de dépôt des candidatures à minuit mardi, on peut dire que la bataille électorale a commencé, même si les listes électorales doivent encore résoudre certaines alliances dans plus d’une région.

Bien que les grandes lignes de ces alliances soient devenues claires, comme l’alliance du Courant patriotique libre avec le Hezbollah, Amal et le Parti social-nationaliste syrien en échange d’une alliance entre les Forces libanaises et le Parti socialiste progressiste, en attendant l’image des nominations à préciser au sein de la communauté sunnite.

On peut donc dire que la bataille a commencé avec les grandes forces politiques qui ont lancé leurs campagnes électorales, qui ont été accompagnées de prises de position fortes et hautes, à travers lesquelles chaque parti a déterminé les caractéristiques de sa bataille électorale.

Le chef du Mouvement patriotique libre a affirmé son alliance avec le Hezbollah, adoptant la plupart de ses propositions, s’accordant avec Nasrallah pour trahir toutes les autres forces et groupes de la société civile financés par les ambassades, comme l’a dit Bassil. Basile n’a pas nommé le mouvement Amal avec lequel il était également allié lors des élections, mais il a présenté à ses partisans une explication justificative de son alliance avec les forces qu’il tenait pour responsables de la corruption, que l’alliance est électorale seulement et qu’après les élections tout le monde y va dans son propre chemin.

Le chef du Parti des Forces libanaises, Samir Geagea, a estimé que le 15 mai serait une nouvelle date pour la Révolution du Cèdre, et cette fois aux urnes dans la bataille pour débarrasser le Liban du règne de la milice et de la mafia.

Ce qui est remarquable dans le discours de Geagea, c’est le discours direct contre le Hezbollah, dans la mesure où il le décrit comme un imitateur de la résistance, plus proche d’une force d’occupation iranienne ou d’une force séparatiste.

Geagea n’a pas voulu répondre à Bassil.

Enfin, sur la scène électorale, troisième discours du président Berri, qui se présente pour la sixième fois. Berri n’est pas entré dans un discours d’attaques ou d’accusations, bien que ses paroles aient inclus un message à la fois au mouvement et aux Forces libanaises, sans les nommer.

Un clin d’oeil de la chaîne Courant patriotique libre lorsqu’il a confirmé que les élections auront lieu à temps après la chute de toutes les portes de l’amendement, du report et des tergiversations.Quant au message aux forces, c’est lorsqu’il a assimilé l’explosion du port, adhérant à l’achèvement de l’enquête à ce sujet avec les événements de Tayouneh, qu’il a qualifiés de massacre.