SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 January 2023, Friday |

Les promesses d’électricité sont restées des promesses et sur les 10 heures d’alimentation… Alors c’est où ?

Les heures quotidiennes de fourniture d’électricité devaient atteindre dix heures à partir de ce mois-ci, sur la base de ce qui avait été promis par le ministre de l’Énergie et de l’Eau, Walid Fayyad, qui a donné son feu vert pour augmenter le tarif sur la base de ces promesses.

Au lieu de dix heures, la plupart des régions vivent dans l’obscurité depuis des jours, pour des raisons techniques. Le processus d’extraction de l’énergie électrique de la centrale de Deir Ammar vers les stations de la banlieue sud, Al-Harj et Ras Beyrouth, est entravé par des obstacles techniques, notamment avec le niveau de tension élevé sur le réseau, ce qui entraîne l’impossibilité de puiser quantités suffisantes de capacités de production, et donc pas d’électricité.

Ainsi, les espoirs et les promesses du ministre Fayyad ont été déçus et l’alimentation électrique pour une période de 8 à 10 heures a été réduite de moitié à environ 4 heures. En effet, le montant de 600 millions de dollars n’est pas disponible à la Banque du Liban pour acheter du carburant qui fournit 8 heures d’alimentation, mais le montant disponible est de la moitié, soit 300 millions de dollars.

Dans le même contexte, le Syndicat des travailleurs et employés de la Société d’électricité du Liban a décidé de siéger il y a une semaine et de cesser de travailler à l’intérieur des bureaux de la Société dans le bâtiment central et dans tous ses départements et centres, insistant sur le droit des travailleurs et des employés à augmenter leurs salaires en fonction de ce qui était inclus dans le plan de redressement.

La crise de l’électricité dont souffre le citoyen libanais au cours des trente dernières années, il semble qu’elle ne se terminera pas, elle s’aggravera plutôt avec la difficile crise économique, ce qui signifie le besoin continu de générateurs, c’est-à-dire payer deux factures, ou installer des panneaux solaires pour subvenir à ses besoins, ce qui est une initiative coûteuse devant un peuple libanais qui perd son pouvoir d’achat jour après jour.