SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 24 May 2022, Tuesday |

Les réactions américaines après les funérailles d’Abou Akleh

Les réactions américaines et internationales se poursuivent après les actes de violence commis hier par l’armée d’occupation israélienne contre le cortège funéraire de la journaliste martyre Shireen Abou Akleh.

La Maison Blanche a exprimé sa « grande préoccupation » face aux violences commises par la police israélienne lors des funérailles de la journaliste américano-palestinienne Shireen Abou Akleh. « Nous avons vu toutes ces photos, elles sont très inquiétantes », a déclaré la porte-parole Jen Psaki. « Nous regrettons cette intrusion dans ce qui aurait dû être des funérailles calmes ».

« Nous avons demandé de respecter le cortège funéraire et les proches de la défunte et de sa famille dans ces circonstances sensibles », a-t-elle ajouté, saluant la « journaliste éminente » qui a été tuée mercredi lors d’une opération de l’armée israélienne en Cisjordanie occupée.

Le porte-parole du département d’État, Ned Price, a demandé une enquête immédiate et que les personnes impliquées soient tenues responsables. Au cours d’une conférence de presse, Price a renouvelé l’appel à une « enquête immédiate et à la recherche des responsables de l’assassinat de Shireen Abou Akleh », s’engageant à apporter toute l’aide consulaire nécessaire à une enquête approfondie sur l’incident et à demander des comptes aux responsables.

Le département d’État américain a décrit le meurtre de Shireen comme « une insulte à la liberté des médias partout dans le monde. »

De son côté, Farhan Haq, porte-parole adjoint des Nations unies, a indiqué que ces scènes sont « extrêmement choquantes », et l’ambassadrice américaine aux Nations unies, Linda Thomas-Greenfield, a déclaré que cette attaque choquante l’avait « profondément bouleversée ».

Mercredi, les représentants du Congrès américain ont fait une minute de silence en signe de deuil pour Abou Akleh.
La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a déclaré : « Le meurtre de la journaliste américaine Shireen Abou Akleh est une horrible tragédie », appelant à une enquête impartiale.

« Le Congrès s’est engagé à défendre la liberté d’expression dans le monde entier, et à défendre tous les journalistes, en particulier dans les zones de conflit », a-t-elle ajouté.

Pour sa part, la représentante américaine Rashida Tlaib a souligné que Abou Akleh a été exécuté « par un gouvernement israélien qui reçoit un financement inconditionnel des États-Unis d’Amérique. »

Le sénateur américain Ben Cardin, membre du parti démocrate, a estimé que ce qui s’est passé est très inquiétant, et a souligné qu’aucun journaliste ne devrait être tué simplement parce qu’il accomplit son devoir professionnel.

Le sénateur démocrate Chris Van Hollen a partagé cet avis, soulignant que les scènes de l’agression du cortège funéraire ajoutent le choc à la tragédie. Il a souligné la nécessité d’une enquête immédiate sur ce qui s’est passé hier, avec la nécessité de traduire le tueur en justice.

La sénatrice américaine Elizabeth Warren a considéré que le meurtre de Shireen Abou Akleh et les attaques des forces israéliennes contre son cortège funéraire étaient très inquiétants. Elle a ajouté : « Une presse libre est la base de la démocratie et les journalistes ne devraient pas être tués pour avoir fait leur travail. Nous avons besoin d’une enquête indépendante complète ».

En outre, le membre de la Chambre des représentants des États-Unis pour le district du Congrès, Andre Karsen, a indiqué que les États-Unis devraient tenir le gouvernement israélien responsable de ce qui s’est passé.

Des centaines de Palestiniens ont participé aux funérailles d’Abou Akleh, après qu’elle ait été tuée par l’armée israélienne avec une balle dans la tête il y a trois jours, alors qu’elle couvrait une opération israélienne en Cisjordanie occupée. Abou Akleh portait une veste et un casque portant le logo officiel de la presse.